images (11)

 

Titre : Deux petits pas sur le sable mouillé
Auteur : Anne-Dauphine Julliand
Editions : Les arènes (Avril 2011)
Genre: Témoignage
Nombre de pages : 230

Quatrième de couverture:

L’histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d’un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l’extérieur. Après une série d’examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d’une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Alors l’auteur fait une promesse à sa fille :  » Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d’amour. « . Ce livre raconte l’histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu’un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut plus ajouter de jours à la vie.

Anne-Dauphine Julliand est journaliste et vit à Paris.

L’avis des sorcières:

Un jour, sur la plage, un couple se promène avec leur deux enfants. Ils attendent le troisième. Ils sont heureux. Pourtant quelque chose enraye ce beau tableu. Thaïs (pas encore deux ans) marche sur le sable devant ses parents et là sa maman s’aperçoit que le pied de la petite tourne un peu. Pas beaucoup mais il tourne.
Aprés plusieurs examment le verdicte tombe. Thaïs à une maladie incurable et à terme mortelle!!!
Le couple, leur famille, leur amis, les équipes médicales, tous se relaient auprès de cette enfant qui peu à peu perd tout ses sens.
Et puis la naissance du bébé, une petite fille. Malade elle aussi. Un risque sur quatre avait dit les médecins. Pourtant Azylis est atteinte aussi.
Le courage de cette famille est incroyable. Cette petite fille m’a donnée de la force. Elle a vécu cela si sereinement.
Pas de dramatisation des faits, pas de larmoiement dans l’écriture. Juste les faits et gestes, le cheminement raconté par cette maman confrontée à la maladie de ses filles.On ressort changé de cette lecture.
Je ne dit pas que c’est un « coup de coeur » car on ne peut parler de coup de coeur d’un livre pareil mais c’est un témoignage formidable.

« Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu’on ne peut  plus ajouter de jours à la vie. »

Publicités