51xSJgdkxlL._

Poche: 321 pages

Editeur : Seuil (1 janvier 1998)

Collection : Points

Langue : Français

ISBN-10: 2020252880

ISBN-13: 978-2020252881

Quatrième de couverture :

Chaque soir, un amoureux étreint le fantôme de sa fiancée ; un autre prépare un filtre d’amour pour séduire une belle cordonnière ; un autre encore s’éprend du portrait de la fille du roi de Naples. Pourquoi les contes ont-ils traversé les siècles ? Peut-être parce qu’ils apportent à l’âme une nourriture essentielle. Henri Gougaud, chercheur de l’or du temps, réinvente un tour de France de la parole.

Henri Gougaud partage son temps d’écrivain entre les romans et les livres de contes. La plupart de ses œuvres sont disponibles en Points, notamment Le Grand Partir, Les Sept Plumes de l’aigle, L’Arbre à soleils et Le Voyage d’Anna.

L’avis des sorcières :

Entrez, entrez, il se fait tard. Rapprochez vous du feu, les autres sont déjà installés. Il y a des tasses de tisanes chaudes et du gâteau. Voilà tout le monde est là. La veillé peut commencer.

Le silence se fait. Seules les aiguilles cliquètent au rythme des mailles. Le conteur s’éclaircit la gorge et commence ses histoires.

Non, je ne divague pas. C’est l’ambiance que dégage ce livre. J’adore ça. J’ai des tonnes de livres de ce genre dans ma bibliothèque, qui pour la plupart sont des contes bretons par ailleurs. Des contes, des fables, plus ou moins courtes qui nous ramènent au temps où l’on se racontait des choses au lieu de se vautrer devant la télévision.

Tous ces textes sont classés selon leur région d’origine aussi peut on choisir là où l’on veut voyager. Tous ne finissent pas bien. On y parle de fantôme, d’amour, de richesse, d’être de légendes et même du diable. Des histoires pour faire peur, pour apprendre.

Le fait que les histoires soient courtes permet de piocher une histoire par-ci par-là et du coup le livre passe tout seul.

On retrouve aussi des histoires connues qui ont inspiré des films (L’auberge rouge, Sweeney Todd…)

Une lecture agréable lors des rudes  soirées d’hiver .

« Un chant de rossignol ruissela d’un feuillage. Le spectre se défit. La campagne revint à son calme ordinaire. Un chant avait sauvé la vie du voyageur. Un chant suffit parfois à ranimer le monde. »

 » Quelques gouttes de foi dans un grand bol d’espoir, on n’a jamais trouvé remède plus puissant contre les maux bizarres et les reins pessimistes »

Une lecture commune avec téléchargement (4) ( et je l’ajoute au Challenge halloween 2014 ^^)

Publicités