La dame aux papillons

Jess Swann | La dame aux papillons
Illustration : Mailys Garault
132 pages
Format : 14,8 × 21 cm
ISBN papier : 979-10-91549-42-4
ISBN numérique : 979-10-91549-43-1

Quatrième de couverture:

Port Royal, 1815.
Violet Sorrow, née d’une Créole et d’un Anglais, ne se tient plus de joie! Elle va enfin rencontrer la famille de son défunt père et visiter la lointaine Angleterre, dont son père lui a tellement parlé. Mais quand elle arrive sur place, elle reçoit un accueil mitigé. Son cousin germain Andrew, ce jeune homme exécrable qui passe ses journées à boire, semble la détester, alors que sa cousine Constance l’enchante par son caractère joyeux et spontané. La société anglaise est-elle aussi parfaite qu’elle l’avait pensé ? Et quel secret cache aux yeux du monde William, l’oncle de Violet ?
Les apparences sont parfois trompeuses, ce que notre héroïne apprendra aux détours d’un récit gothique où la folie côtoie une antique mythologie… Sans oublier un soupçon de romance.

L’avis des sorcières:

 Avant de commencer, merci à Jess Swann de nous avoir fait confiance et de nous avoir fait découvrir ce court roman.

L’histoire commence à Port-Royal en 1815, où nous rencontrons Violet Sorrow, jeune fille, née d’une union entre un anglais et une créole. A cette époque, nous nous doutons bien des difficultés de Violet à se faire accepter tant parmi les Créoles que parmi les Anglais. Son père est décédé depuis quelques années les laissant, elle et sa mère, dans des difficultés financières entre autre. Alors quand William Sorrow accepte de recevoir sa nièce Violet en Angleterre, la jeune fille est heureuse: les choses vont enfin changer pour elle et sa mère, elles vont être acceptées. Mais il ne faut pas oublier les convenances et règles anglaises de l’époque, et autre chose…

L’auteur nous emmène, par son écriture fluide, vers un huit clos (quasiment tout le roman se passe au Manoir des Sorrows, sauf le voyage de Violet). Nous ne voulons que la suivre vers une vie meilleure. Nous ne pouvons que compatir de son sort, peu enviable, à une époque où les apparences sont tout! Au début, nous oublions qu’un élément surnaturel va survenir, ohh nous avons quelques rares indices, mais nous sommes bercés dans l’univers romantique du XIXème, mais l’ambiance n’en est pas moins oppressante: nous sentons  qu’il se prépare quelque chose, nous sentons le truc louche… Et la réponse m’a surprise, voire prise à la gorge, car ma vigilance avait été subtilement endormie. Et Violet est comme nous à plus forte raison qu’elle veut croire au rêve, alors qu’elle sent elle aussi être en réalité dans un cauchemar.

L’écriture est agréable, efficaces, et sans lourdeur mais assez précise pour nous faire plonger dans l’univers de Violet. Les personnages sont bien construits, tous. Tous ont un secret, une histoire, que je vous laisserai découvrir. 66 pages c’est court me dirait vous, et effectivement je les ai dévorées en une soirée, mais l’écriture et l’histoire sont si prenantes qu’il y en a assez.

coup de coeur

 

 

Publicités