Le treizième conte de Diane Setterfield

le 13 eme conte
Auteur Diane Setterfield
Traduction Marie-Claude Elsen
Editeur Plon
Date de parution 18/12/2006
ISBN 2259205445
EAN 978-2259205443

Quatrième de couverture:

Vida Winter, auteur de best-sellers vivant à l’écart du monde, s’est inventé plusieurs vies à travers des histoires toutes plus étranges les unes que les autres et toutes sorties de son ima­gination. Aujourd’hui âgée et malade, elle souhaite enfin lever le voile sur l’extraordinaire existence qui fut la sienne. Sa lettre à sa biographe Marearet Lea est une injonction : elle l’invite à un voyage dans son passé, à la découverte de ses secrets. Margaret succombe à la séduction de Vida mais, en tant que biographe, elle doit traiter des faits, non de l’imaginaire ; et elle ne croit pas au récit de Vida.

Les deux femmes confrontent les fantômes qui participent de leur histoire et qui vont les aider à cerner leur propre vérité.

Dans la veine du célèbre Rebecca de Daphné Du Maurier, ce roman mystérieux et envoûtant est à la fois un conte gothique où il est question f de maisons hantées et de soeurs jumelles au destin funeste, et une ode à la magie des livres.

L’avis des sorcières:

Ce livre nous amène à faire la connaissance de deux personnages centraux:

– Vida Winter, auteur à succès, vivant en Angleterre. Beaucoup de biographes et journalistes ont tenté d’écrire sa biographie… mais à chaque fois elle en raconté une version différente, et totalement fantastique. Alors, quand sa santé se détériore, elle souhaite laisser sa vraie histoire… à ce qu’elle dit.

– Margaret Léa est une passionnée des livres et aide à tenir la librairie de son père. C’est elle qu’à choisie Vida pour écrire son histoire…

Le lecteur sera amené à faire un parallèle entre leur existence où règne les secrets de famille.

L’auteur nous écrit une fascinante histoire qui traite de l’amour des livres, des liens particuliers existants entre les jumeaux, et de mystères. Tout cela dans un cadre de lande anglaise assortie de son manoir, comme ceux que l’on peut rencontrer dans les romans des soeurs Brontë. On croirait presque que l’auteur viendrait de l’époque. Il n’en est rien. Elle nous est tout à fait contemporaine (pas loin de la cinquantaine maintenant).

L’écriture nous permet de nous transporter dans un univers so british d’un siècle passé. Les personnages sont bien construit, fort. Ils tiennent la route.

J’ai passé un bon moment entre intrigue et émotion.

J’avais trop tardé, les photos ne donneraient rien. Je me rabattis sur mon bloc-notes pour ma promenade dans le cimetière. Angefield était une communauté ancienne, mais de petite taille, et les tombes étaient peu nombreuses.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le treizième conte de Diane Setterfield »

  1. Ping : Livres présentés | même les sorcières lisent

Laisser une formule magique

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.