écritoire vanishingintoclouds(3)

C’est avec deux listes de mots que nous reviennent Les plumes d’ Asphodèle.

Voici les mots:

LISTE OFFICIELLE :regrets, engranger, boue, repos, découverte, hélianthe, regain,  bond, imprévus, recherche, espièglerie, confiture, allégresse, jubilation, noctambule, brume, respirer, dépaysement, magnifique,  bleu, marais, maudit, myriade.

LISTE FACULTATIVE :Rien, sourire, montagne, déménagement, soleil, question, sagesse, océan, ivresse, tempête, lune, rêve, emménager, mer.

 

Je n’ai pas de regret. J’éprouve presque de la jubilation à l’idée d’être partie comme ça du jour au lendemain sans prévenir, sans laisser d’adresse. Après des mois de galère au travail où l’on m’a trainée dans la boue, utilisée,  j’avais envie de respirer autre chose que cet air vicié. Je voulais du dépaysement.  Pour le coup c’est fait.

Les vacances, nous les attendons tous, pour moi c’était une question de survie !

Aujourd’hui dans ce pays étranger je profite de ces moments de repos pour me ressourcer. Je me suis créé des rituels afin de me délasser comme ces longues promenades aux milieux des hélianthes où j’oublie tout en respirant l’air pur, en regardant le ciel bleu azur. Je fais aussi de magnifique découverte lorsque je choisis l’autre voie, celle des marais avec ces myriades d’êtres  vivants qui m’étaient jusqu’alors inconnus, moi la citadine toujours en train de courir dans la pollution et la brutalité des grandes villes.

Ici j’ai un regain d’énergie, l’allégresse revient en moi et parfois je joue les noctambules rentrant au petit matin dans la brume qui recouvre la route devant chez moi. Une grenouille, soudain, fait un bond devant moi et cette soudaine apparition me fait rire. Je retrouve l’envie de sourire dans cette maison au volet bleu où ma principale préoccupation est de savoir cuire mes confitures comme il faut sans autres imprévus que de manquer de bocaux ou de sucre.

Les images de vacances chez mes grands-parents me reviennent en mémoire. Moi qui pensais ne pas être nostalgique de mon enfance je m’aperçois qu’en réalité cela a toujours été enfuit en moi. Je l’avais juste caché, prise par l’engrenage de  l’envie de réussir.

Aujourd’hui la fin des vacances est proche mais une question me vient en tête alors que je contemple la lune par la fenêtre : vais-je tout abandonner ? Emménager ici afin de me reconstruire une nouvelle vie ? L’ivresse du renouveau me donne envie de dire oui !!!!

le-marais

Publicités