Des amours maudites

Frédérique Arnould
Illustration : Pierre Gonzales
220 pages
Format : 14,8 × 21 cm
ISBN papier : 979-10-91549-58-5
ISBN numérique : 979-10-91549-59-2
Parution le 1er novembre 2014

Quatrième de couverture: 

Alexia est une adolescente comblée, bien qu’elle vive dans un pays menant une guerre contre son voisin depuis de longues années, le royaume d’Argalone.

Quand arrivent ses seize ans, elle choisit de s’émanciper pour partir à la découverte du monde avec l’homme qu’elle aime. Mais un drame inattendu bouleverse tout. Désormais seule, elle doit faire face à la douleur et la colère qui la submergent

Pour ne pas sombrer, elle choisit de s’engager dans l’armée. Bien que celle-ci soit exclusivement masculine, elle y est acceptée comme apprentie. Placée sous l’autorité d’un capitaine qui s’avère ne pas être ordinaire, elle se découvre elle-même certains dons. Ils lui seront très utiles pour participer à cette trop longue guerre, accomplir la vengeance qu’elle souhaite et, peut-être, cicatriser les blessures de son cœur.

L’avis des sorcières:

Je remercie les éditions artalys pour cette découverte en service presse.
Alexia, fille de forgeron, est une jeune fille qui va fêter ses 16 ans. Date importante pour elle car elle marque la date de son émancipation, passage qui lui permettra de faire ce qu’elle veut : découvrir le royaume d’Argalone. Cette émancipation passe par une fête, qui sera somptueuse et ce moment de joie est accentué par la déclaration d’amour que lui fait son meilleur ami d’enfance, Maxi. La jeune fille a tout pour être heureuse mais le lendemain de cette cérémonie le village est attaqué par l’armée noire. Il n’y aura qu’une seule rescapée : Alexia. Seule, ne sachant où aller, elle décide de s’enrôler dans l’armée avec pour seul bagage le carnet de dessin de son frère représentant les personnes qu’elle aime et l’épée de Maxi qu’elle lui avait forgé.
Alors que l’armée est réservée aux hommes, elle parviendra a son but car Alexia n’est pas une jeune fille comme les autres. Le capitaine la prend sous son aile. Et si dans sa recherche de vengeance, elle parvenait à trouver une nouvelle famille et un nouvel amour ?
Lorsque je l’ai commencé au vu du synopsis j’ai eu peur de tomber sur un simili « Chronique des mondes émergés » de Licia Troisi. Ce n’est pas le cas. Nous ne sommes pas dans le même univers.
Alexia est une jeune fille qui rêve de découverte et d’aventure mais qui a ses doutes et ses faiblesses. Elle ne se rend pas compte qu’elle est si particulière jusqu’à ce que ses dons se développent. Elle ne fait pas toujours ce qu’on attend d’elle (au grand dam de ses supérieurs) mais suit son instinct et son cœur. Ce qui m’a plu c’est que l’héroïne n’est pas parfaite, elle fait des erreurs, apprend, elle est parfois naïve. Elle est presque « normale » hormis son don. Ce qui la rend attachante.
L’auteure construit des personnages qui se tiennent avec leurs forces et leurs faiblesses. Leurs traits de caractères et leurs comportements correspondent à chacun.
L’auteure nous emmène dans un univers à peine fantastique. En effet à part quelques mages le monde est très proche du notre il y a quelques siècles (Moyen-âge ?).

L’alimentation, les habitations sont ce que nous pouvons trouver de plus classique et les prénoms des personnages sont très simples : Alexia, Maximilien, Thomas, Hugo etc.… Rien de tarabiscoté contrairement à d’autres livres de Fantasy. Cela m’a un peu surprise au début et puis je m’y suis habitué car cela nous rend l’histoire beaucoup plus proche.
L’histoire en elle-même est conventionnelle et prévisible mais je m’y suis plongée avec plaisir car l’auteure a une écriture simple et fluide. Le bataille aurait put être un peu plus travaillée mais cette avis est sans doute au fait que je lis souvent de la fantasy et que du coup ces scènes m’ont parus simple.  J’ai enchaîné les chapitres rapidement avec plaisir. Un bémol aussi sur la fin qui est trop abrupte à mon goût. Non mais quel idée de finir comme ça !
Cette lecture a été une belle découverte pour moi et j’ai hâte de lire la suite même si les fans de la fantasy pur et dur risque de rester sur leur faim.

Ma mère m’avait toujours affirmé que le jour de mes seize ans serait l’un des plus beaux jours
de ma vie. Et elle ne s’était pas trompée !
Mais elle avait omis de me dire que le surlendemain, je vivrais un véritable cauchemar qui
hanterait toutes mes nuits. Comment continuer à avancer quand on a perdu tous ceux que l’on
aime ? À quoi se raccroche-t-on lorsque l’on a un trou à la place du cœur ? À l’espoir d’un nouveau
jour ? Non, on se cramponne à celui de se venger.

Publicités