livres-le-roi-entete-347
Auteur Lyon Sprague De Camp
Editeur Denoël
Collection Presence Du Futur, numéro 381
Format 11cm x 18cm
ISBN 2207303810
EAN 978-2207303818
Nombre de pages 256

Quatrième de couverture:

Assez peu emballé à l’idée d’être décapité, Jorian, le roi de Xylar, a décidé de prendre la fuite à bord d’une baignoire volante pilotée par le sorcier Karadur. Son intention est d’aller délivrer sa tendre amie séquestrée par ses ennemis, et pour cela il n’hésitera pas à pactiser avec un démon des plus hideux.

L’avis des sorcières:

Le roi entêté est le 3ème tome du cycle de Novarian. L’auteur est connu pour avoir écrit une suite d’un personnage que l’on ne présente plus : Conan le Barbare (de Robert E. Howard).

Pour résumé, Jorian devient, fortuitement, roi de Xylar, un des royaume de Novarian. Jusque là nous pourrions l’envier, mais dans ce royaume la coutume veut que tous les  cinq ans, le roi se fasse couper la tête. Cette dernière est lancer dans la foule, et celui qui l’attrape devient roi … pour 5 ans… où il sera lui aussi décapité… etc.. Jorian, qui débarque dans la région, rattrape donc la tête, devient roi, et déchante vite en connaissant son sort au bout de son règne. Il décide donc d’en profite, mais aussi à se préparer pour échapper à son sort. Dans se tome 3, après avoir réussi à s’être échappé, s’évertuer à retrouver « son véritable amour » et la sauver de Xylar.

J’ai attendu ce 3ème tome  avec patience car n’étant plus éditer j’ai du farfouiller. J’ai passer un bon moment, même si il y avait des passages en longueur. L’écriture est fluide, facile, Lyon nous amène à un dénouement sans surprise. Mais les innombrables histoires et anecdotes que Jorian conte ont été trop nombreuses à mon goût. Les personnages sont classiques: Un héro musclé pas forcément très intelligent, un vieux magicien, qui fait des tours mais pas tout le temps et quand ça marche 😉 , et aussi des personnages secondaires qui aident ou mettent des bâtons dans les roues (de charette 😀 ). Bref, classique, mais c’est bien construit, bien écrit, et se lit vite.

« Une grande baignoire de cuivre dont la surface brillante
réfléchissait les rayons du soleil couchant survolait les neiges des
Lograms. Elle se faufilait entre les hauts pics, rasant les glaciers de
quelques coudées.
« Gorax ! s’écria l’un des deux passagers de la baignoire. Je
t’avais pourtant enjoint de ne point passer aussi près de ces
montagnes ! Veux-tu donc faire défaillir mon vieux cœur de terreur ?
Dorénavant, de grâce, contourne-les ! »

Lu pour le 6671a-projet15

 

Publicités