Merci pour les souvenirs
Auteur Cecelia Ahern
Editeur J’ai Lu
Date de parution 21/04/2012
Collection J’ai Lu Comedie Romantique
ISBN 2290035858
EAN 978-2290035856

Quatrième de couverture:

Après un accident qui a bouleversé sa vie et détruit son mariage, Joyce Conway ne doit la vie qu’à une transfusion sanguine. Mais des phénomènes étranges commencent à se produire. Elle se souvient de choses qu’elle n’a pas vécues. Elle peut parler des heures durant des rues pavées et sinueuses de Paris, ville qu’elle n’a jamais visitée, ou disserter sur l’architecture baroque. Et, toutes les nuits, elle rêve d’une petite fille aux cheveux blonds. Dès lors, Joyce n’aura plus qu’un but : découvrir à tout prix qui lui a donné son sang, dans l’espoir de comprendre ce qui lui arrive. Et retrouver le charmant Américain dont elle a fait la connaissance le jour de sa sortie de l’hôpital.

L’avis des sorcières :

Suite à un accident domestique absurde, Joyce perd son bébé et doit subir une transfusion sanguine. Alors qu’elle tente de reconstruire sa vie, elle s’aperçoit que cette transfusion n’est peut être pas sans conséquence.

J’ai aimé ces personnages attachants et drôles, sensibles, si proches de nous. Joyce est une femme qui, alors qu’elle semblait avoir tout pour être heureuse, se remet en question après le drame, retourne vivre chez son père, fait le deuil de son enfant qui ne naîtra jamais. Malgré ses doutes et ses malheurs elle reste forte. Les passages où elle repense à l’accident ou au bébé m’ont émue.

Justin est un homme divorcé qui fait tant bien que mal avec son ex-femme, sa jeune adulte de fille, son frère et sa belle-soeur. Sans compter le médecin qui le drague et pour qui il va jusqu’à faire un don du sang , lui dont la seule idée d’une aiguille lui donne la nausée.  Son comportement m’a parfois agacée mais en même temps il est plutôt sympathique cet homme là.

Les personnages secondaires sont formidables : le père de Joyce est excellent. J’ai bien souvent pensé à mon propre père pendant la lecture ( les pertes de mémoires en moins). Ce père qui fait tant bien que mal depuis la mort de son épouse, qui cache qu’il fume à sa fille comme un ado, qui découvre un monde loin de celui de sa jeunesse. Il y a une grande tendresse entre le père et la fille.Les amies de Joyce sont géniales, toujours prêtes à rendre service même si elles se demandent si leur amie n’est pas folle .

Anne a trouvé le côté fantastique un peu trop lourd. Pourquoi faire tout savoir des connaissances de Justin à Joyce alors que seulement quelques impressions architecturales ou culturelles auraient pu suffire .

Moi cela m’a moins dérangée car je me suis concentrée sur l’aspect humain des personnages. Ce qui m’a plue dans cette histoire c’est le côté proche de nous et de croire l’espace de 400 pages que les belles histoires existent malgré les drames quotidiens.

L’écriture est fluide et les passages s’enchaînent au rythmes des émotions: pleurs, rire ( la scène de l’aéroport m’a beaucoup amusée), joie, espoir.

Une très belle découverte. Je pense que je retenterai l’expèrience Cécelia Ahern.

Lc avec L’île aux livres

Parfois on a besoin de toute la colle qu’on peut trouver, juste pour ne pas tomber en morceaux.

Publicités