Les hauts des hurlevents
Auteur Emily Brontë
Editeur Rivages
Date de parution 14/03/2012
Collection Rivages Poche Bibliothèque étrangère, numéro 95
Format 11cm x 17cm
ISBN 2743623489
EAN 978-2743623487
Nombre de pages 451

Résumé:

Les Hauts de Hurle-Vent, sur les landes sauvages balayées par le vent du Nord… L’arrivée d’Heathcliff un jeune bohémien adopté par les Earnshaw va tragiquement peser sur le destin de toute la famille. Entre Heathcliff et Catherine Earnshaw naît un amour indéfectible tandis qu’Hindley, le frère détrôné, se prend d’aversion pour cet intrus. La nature passionnée d’Heathcliff ne supportera pas la vengeance d’Hindley puis la trahison de Catherine. Les Hauts de Hurle-Vent est aujourd’hui considéré comme un chef-d’œuvre de la littérature anglaise du XIXe siècle. Ce roman, romantique par excellence, choqua certains lecteurs de l’époque, en raison de la noirceur des personnages, de la passion qui s’en dégage et de la liberté prise par rapport aux conventions en vigueur dans cette époque pré-victorienne.

L’avis des sorcières:

Quelle magnifique histoire d’amour, de passion, de folie, de violence et de vengeance que ce roman d’Emilie Brontë. Un véritable tourbillon de sentiment.

J’ai parcouru avec délice les landes battues par la pluie, le vent et la neige au fil des saisons et de la folie d’Heathcliff.

Je n’ai pas été surprise par le fait que ce soit la gouvernante qui raconte l’histoire car j’avais lu ce détail quelque part. Cependant je ne connaissais pas tout et je dois dire qu’au début j’ai souvent jeté un oeil à l’arbre généalogique proposé dans ma version pour me rappeler qui était qui.

La beauté des descriptions et le charisme des personnages m’ont captivée. Heathcliff est particulièrement horrible. Je l’ai détesté en lisant comment il avait manipulé et asservit le fils de son ennemi et même son propre fils. Sa psychologie est assez intéressante . Catherine aussi est assez étonnante: égoïste et gâtée , elle n’en éprouve pas moins un grand amour pour Heathcliff mais préférera le confort en épousant Linton. Chaque personnage est particulier même les domestiques . En effet c’est Mrs Dean qui raconte , la seule à peu près nette dans l’histoire . Elle a tout vu ou entendu et est donc bien placée pour déverser les souvenirs des Hauts de Hurle-vent. Et puis il y a l’horrible Joseph. Un domestique comme ça je n’en voudrait pas! Croyant à l’ extrême, rude  et brutale. brrr.

Un classique que je n’avais pas lu. Le mal est réparé. C’est étrange d’aimer un livre dont les héros Heathcliff et Catherine sont si haïssables et destructeurs car leur nature les pousse à la folie et à faire des actes méprisables.

Pourtant l’auteure parvient à nous les faire apprécier sans pour autant les aimer.

L’écriture d’Emilie est soignée et riche. Elle nous décrit si bien les lieux que l’on a l’impression d’être là-bas. Même si certains passages sont un peu  long j’ai vraiment aimé cette découverte.

Je la répète jusqu’a ce que ma langue s’engourdisse : Catherine Earnshaw, puisses-tu ne pas trouver le repos tant que je vivrai! Tu dis que je t’ai tuée, hante-moi, alors! Les victimes hantent leur meurtriers, je crois. Je sais que des fantômes ont erré sur la terre. Sois toujours avec moi… prends n’importe quelle forme…rends-moi fou! Mais ne me laisse pas dans cet abîme où je ne puis te trouver. Oh! Dieu! C’est indicible! Je ne peux pas vivre sans ma vie! Je ne peux pas vivre sans mon âme!

https://i2.wp.com/www.etenplusellelit.fr/images/challengecoldwinter14.jpg

Publicités