Les contes de crimes

Auteur Pierre Dubois
Editeur Gallimard
Date de parution 02/04/2009
Collection Folio
ISBN 2070360725
EAN 978-2070360727

Quatrième de couverture:

Il était une fois, au temps où les princes n’épousaient plus des bergères mais se pacsaient aux bergers, des contes de fées noirs à souhait.
Cendrillon est victime des pulsions sexuelles d’un prince héritier, la Belle au bois dormant, l’otage pathétique d’un époux déséquilibré. Derrière Peter Pan se cache un dangereux innocent, derrière le Petit Chaperon Rouge une machiavélique enfant. Pour résoudre une série de meurtres, Blanche-Neige fait appel à un détective spécialiste des nains de jardin…
Pierre Dubois se livre à une réécriture diabolique des contes ayant bercé notre enfance. Issus du mariage improbable de personnages de Grimm avec le roman policier, ces Contes de crimes font autant rire que frissonner…

L’avis des sorcières:

Pierre Dubois, elficologue reconnu, va à travers 10 contes connus et moins connus inspirés de ceux des frères Grimms, nous transporter. Mais ici, il les revisite d’un point de vue policier. Je vous préviens d’entrée, vous n’aurez plus la même vision des héros, et héroïnes, de ces contes. Pour réécrire ces contes, Pierre Dubois reprends des éléments que l’on connait tous: l’endormissement de la belle au bois dormant, les 7 nains de Blanche Neige, le côté enfantin de Peter Pan… mais il en retire le côté magique. De plus il nous transpose ses histoires dans notre monde, et à des époques différentes.

En ce qui concerne l’écriture, Pierre Dubois est un grand amoureux de la langue française et dès le premier conte vous le ressentez, sans forcément avoir de tournures tarabiscotées. Il utilise certes des fois des mots peu ou plus utilisés, joue avec eux.. Je me suis parfois sentie un peu perdue une fois ou deux, mais plus à cause de la fatigue.

J’ai beaucoup appréciée ces réécritures, avec une préférence pour celles dont j’avais connaissance de l’originale. Mais j’ai aussi aimé découvrir les histoires inconnues..

J’ai trouvé ce recueil original et efficace. Je me suis procurée la suite, où par contre je compte palier à mon manque de connaissance des contes que je ne connaîtrais pas.

 « Il était une fois une méchante petite chanson

sans rime ni raison, à peu près  comme ci:

Huit petites catins sans espoir de ciel

Gladstone en sauve une, il en reste sept

Sept petites catins mendient un shilling

L’une tourne le coin de rue il en reste six

Six petites catins cherchent l’asile de nuit

L’une trouve Jack il en reste cinq…« 

Lu pour le http://www.etenplusellelit.fr/images/challengecoldwinter14.jpg

Publicités