La poésie du jeudi

chromo-oiseau-couronnc3a9-ana-rosa1

Un très beau rendez-vous proposé par Asphodèle: tous les quinze jours , partager un poème.

Lorsque j’ai choisi ce poème Anne m’a dit:  » Chacun son truc, y’en as c’est une madeleine comme chez Proust pour toi c’est un Hareng saur  » Ben oui parce que en tombant sur ce texte c’est mon enfance qui me revient ^^ Je l’avais appris à l’école primaire. Je me revoie debout au pied de l’estrade le réciter devant toute la classe . Et malheur si je me trompais car la maîtresse veillée à ce que chaque mot soit respecté. Et puis ça change des truc déprimant de d’habitude 😀

Le Hareng Saur

A Guy.

Il était un grand mur blanc – nu, nu, nu,
Contre le mur une échelle – haute, haute, haute,
Et, par terre, un hareng saur – sec, sec, sec.

Il vient, tenant dans ses mains – sales, sales, sales,
Un marteau lourd, un grand clou – pointu, pointu, pointu,
Un peloton de ficelle – gros, gros, gros.

Alors il monte à l’échelle – haute, haute, haute,
Et plante le clou pointu – toc, toc, toc,
Tout en haut du grand mur blanc – nu, nu, nu.

Il laisse aller le marteau – qui tombe, qui tombe, qui tombe,
Attache au clou la ficelle – longue, longue, longue,
Et, au bout, le hareng saur – sec, sec, sec.

Il redescend de l’échelle – haute, haute, haute,
L’emporte avec le marteau – lourd, lourd, lourd,
Et puis, il s’en va ailleurs – loin, loin, loin.

Et, depuis, le hareng saur – sec, sec, sec,
Au bout de cette ficelle – longue, longue, longue,
Très lentement se balance – toujours, toujours, toujours.

J’ai composé cette histoire – simple, simple, simple,
Pour mettre en fureur les gens – graves, graves, graves,
Et amuser les enfants – petits, petits, petits.

Charles Cros (1842-1888)

10 réflexions au sujet de « La poésie du jeudi »

  1. Je reconnais bien là Charles Cros et son envie d’agacer les bourgeois ! Je ne connaissais pas celui-ci mais tu as bien raison de te faire plaisir avant tout quand tu choisis une poésie : c’est le but ! Bonne journée à vous bises 🙂

  2. Ping : La poésie du jeudi avec Andrée Chédid | Les mots de la fin

  3. Quelle rigolade, cette semaine, Les Sorcières s’en mêlent.
    Fini les poètes qui chougnent, mais c’est-y vraiment poétique ton truc muche, muche, muche 😆
    Tout d’même la madeleine de Marcel est plus chic, chic, chic
    Mais il en faut pour tous les goûts, même le hareng qui pue, pue, pue 😆
    Pardon, Marie & Anne, j’exabuse, elle est très bien cette poésie de Cros !
    Gros bisous

Laisser une formule magique

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.