reines-et-dragons-c1
Auteur Lionel Davoust, Sylvie Miller
Editeur Mnémos
Date de parution 31/05/2012
ISBN 2354081391
EAN 978-2354081393

Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale

Né en Picardie, dans les années quatre-vingt, Adrien Tomas fait des études d’écologie ; puis, comme nombre de jeunes gens de sa génération, il enchaîne les petits boulots : éleveur d’anémones, chasseur de tortues ou cuisinier dans un restaurant de flammekuches…

Quand on lui demande pourquoi il s’est tourné vers l’imaginaire, il répond avec humour que, « devenu grand, les Dragons avaient tous disparu et les Elfes s’étaient planqués »… Alors, à défaut d’occire des monstres et de sauver des princesses, on lit ce genres d’histoires.

Conquis par J.R.R. Tolkien, David Gemmell, Orson Scott Card ou David Eddings, et une chose en entraînant une autre, il devient définitivement “geek”, c’est-à-dire, pour rester simple, rôliste, fan de séries télévisées, de jeu vidéo et d’informatique !

Sans trop y croire, pour s’amuser et se plonger dans d’autres mondes, Adrien Tomas écrit. Un soir, en plein hiver, « pour lutter contre l’ennui et l’isolement glacial imposé par les températures lorraines » (On vous dit qu’il aime les légendes !), il crée une nouvelle histoire, sur un coup de tête. Trois ans plus tard, il boucle le manuscrit. Il l’envoie aux éditions Mnémos. La Geste du sixième royaume est née ! Et décroche aussitôt, ce qui est exceptionel pour un premier roman, le prix Imaginales 2012 (meilleur roman de fantasy).

Son nouveau livre, La MAISON des Mages, vient de sortir .

L’avis des sorcières:

Wahou, celle là on l’a adorée! Nous ne connaissions pas cet auteur mais nous avons été tout de suite séduite par son écriture et plongée dans son univers.

La jeune reine Ophëa est veuve et doit faire fasse à l’hostilité du conseil qui ne la considère pas comme reine légitime; La fragile Ophëa va faire face avec beaucoup de courage et imposer sa loi: elle épousera celui qui lui ramenera la tête du dragon, qui a tué le roi Naïel, feu son époux adoré. Mais rien n’est ce qu’il parait, les preux chevaliers sont lâches, les grands seigneurs sont vils et gros,  les plus intelligents commettent des erreurs mortelles et la douce reine n’est peut être pas ce que l’on croit.

Une situation initiale tragique, une quête, trois chevaliers, de la magie et un dragon: tous les éléments classiques sont là pour nous plonger dans un conte comme les sorcières les aiment.

Nous nous sommes prise au jeu en suivant les aventures de ces chevaliers qui ont tous leurs raisons de tenter leur chance et risquer leur vie pour épouser la reine et la chute nous a surprise et vraiment plu.

Du coup nous comptons bien découvrir d’autres ouvrages de l’auteur.

3 ème nouvelle de la LC Reines et dragons LC

Publicités