kismet-ebook_medium

 

format 150 x 220

276 pages

Noir & blanc

Parution : 3 janvier 2015

Présentation:

Alexandre, jeune Français de vingt-trois ans, arrive en Inde pour un séjour de quelques mois.
Sur place, il se lie d’amitié avec une famille indienne, chez qui il finit par poser ses bagages.
Accueilli par le tonitruant Hassan et la douce Asia, il apprend peu à peu la langue, la culture et découvre un pays où le merveilleux côtoie le sordide, où les destins comme les secrets peuvent être balayés en un revers de main.
Mais, en Inde peut-être plus qu’ailleurs, on ne tombe pas amoureux de n’importe qui…

L’avis des sorcières:

Merci à Harald Bénoliel d’Is édition pour cette découverte.

Il y a quelques temps Is éditions nous a proposé de découvrir ce livre. A vrai dire je l’aurais vu dans une librairie je serais passée à côté sans même lire le résumé. En effet j’ai tendance à me fier aux couvertures ( même si je sais que c’est une mauvaise habitude) et cette dernière me fait penser à un très vieux livre d’histoire grec antique, mythologique… Bref pas ce sur quoi je me jette. C’est dommage car je serais passée à côté d’un bon roman contemporain.  Du coup le gros point négatif de ce livre c’est la couverture ( mais bon ce n’est pas la première fois que les sorcières font ce genre de remarque pour les publications d’Is ^^)

Ne nous fions donc pas à cela . Après que notre sorcière en chef, Marie, m’ai lu le résumé j’ai dit ok et je me suis lancée dans la lecture.

C’est une belle histoire d’amour impossible qui se passe avant 2010 ( donc récent). J’ai tout de suite accroché. On entre directement en Inde en même temps que le personnage principal. Le pays, les gens, les odeurs sont tellement bien décrit que l’on s’y croirait. 130 pages de balade a Rickshaw à travers les marchés, la ville et les bidonvilles.

Je connais ce pays par les descriptions de mon mari d’origine indienne et l’Inde décrite par Guillaume Garnier est vrai. Il n’y a  pas de fioritures. Il parle de la pauvreté, de la saleté, des odeurs mélangées mais aussi du sourire des Indiens.

C’est avant tout l’histoire de ce  » gora » , ce blanc amoureux d’Asia, une Indienne mais c’est la femme de son ami Hassan et 20 ans les séparent. Ils vivent donc leur amour en secret car c’est la prison et/ou la mort assurée si cela ce savait. En Inde l’adultère est un péché mortel.

Le livre est ponctué de faits réels. En 2008 des attentats ont ébranlés l’Inde, je m’en souvient car j’étais enceinte de ma fille et cela m’avait donc d’autant plus touchée. Ces anecdotes rendent crédibles cette fiction. On sent que l’auteur s’est documenté ou connait le pays.

Au delà de l’histoire d’amour c’est une critique de la condition de la femme en Inde. A travers Asia, sa vie de femme, de fille et de de mère mais aussi à travers celle de sa propre mère. Deux générations mais peu de choses ont évolué , mariées sans amour à des hommes qu’elles ne connaissaient pas,qui se révèlent  violents. Là bas les femmes doivent se taire, être soumises et derrières les fourneaux.

Ce fût une belle découverte pour moi. Un livre bien écrit, rythmé. Un très beau voyage, où l’on rit ( oui, oui il y a des passages drôles), où l’on rage ( « Rhaa en France on ne réagirait pas comme ça », ou « Il m’énerve ce type ») etc.

Une fois installé dans la voiture, Hassan laissé derrière nous dans un nuage de poussière, Asia se détend. Incroyable comme tout son être peut se modifier en quelques minutes, sans lui.

Publicités