Le faucheur

Auteur Terry Pratchett
Editeur Pocket
Date de parution 08/01/2011
Collection Pocket Fantasy, numéro 5785
Format 11cm x 18cm
ISBN 2266211919
EAN 978-2266211918

Quatrième de couverture:

Fantômes, vampires, zombis, banshees, croque-mitaines… Les morts vivants se multiplient. Car une catastrophe frappe le Disque-Monde : la Mort est porté disparu (oui, la Mort est un mâle, un mâle nécessaire). Plus moyen de défunter correctement. Fini le repos éternel et bien mérité ! Il s’ensuit un chaos général tel qu’en provoque toujours la déficience d’un service public essentiel. Et pendant ce temps-là, dans les champs d’une ferme lointaine, un étrange et squelettique ouvrier agricole manie la faux avec une rare dextérité. La moisson n’attend pas…

L’avis des sorcières: 

Aujourd’hui le Faucheur n’est pas au mieux de sa forme. Crise de la « quarantaine » peut être , crise existentielle c’est sure… euh existentielle, vous êtes sur? Oui oui La Mort peut avoir une crise existentielle,mais ce n’est pas sans conséquence, d’une part pour lui: mais que faire de ce temps qu’il lui reste? et d’autre part pour le Disque-Monde: où vont aller toutes les âmes des êtres qui décèdent si personne n’est là pour les récolter?…. Eh oui ce Service public est essentiel, et avec Terry Prachett à la barre ça promet d’être une sacré pagaille!

J’ai beaucoup aimé les personnages. La Mort bien sure, Mort en titre de ce royaume, sympathique, qui va devoir apprendre à vivre! Ce qui donne des scènes cocasses. Et les personnages « secondaire » sont délicieux, je le mettrais au même niveau que la Mort: Mme Trottemenue (fermière qui accueille la Mort), Mme  Cake qui a des pré-prémonitions et sa fille loup garou, les mages de l’Université de l’invisible Vindelle pounze, le mage mort vivants, Ridculle l’archichancellier, l’économe aux nerfs fragiles et d’autre. Et Raymond Soulier, zombie qui lutte pour les droits des morts et les membre de son club ( vampire de seconde zone, croque mitaine timide…). Bref, une joyeuse bande de bras cassé.

Cette lecture a été un vrai régale. Je n’avais pas encore pris le temps de lire du Pratchett et s’est dommage. Humour, dérision, jeu de mots.. je n’ai pas passé un moment sans avoir le sourire aux lèvres. Il connaissait les bases de la fantasy, mais ce qui est bien c’est que je pense que même les personnes un peu réfractaires à la Fantasy peuvent le lire. C’est vraiment le côté loufoque qui prime. Il y a un coté poétique aussi. Mais ce n’est pas que ça, Terry Pratchett aborde des thèmes comme  la mort donc (et ce qui ce passe avant pendant et après), le temps qui passent et comment nous l’abordons, les relations entre les individus, les centres commerciaux (ici présenté comme des parasites qui naissent et de développe dans les villes, pour ensuite emmener la population (qui est leur force vitale) à la périphérie. J’ai moins apprécié ce passage de zombification des masses par l’invasion des caddie et du supermarché.

Bref, j’ai vraiment passé un agréable moment, j’ai beaucoup aimé le côté burlesque et loufoque du livre mais aussi la plupart des réflexions sous-jacentes. Je renouvellerai sans problème l’expérience.

(PS de Marie: Je suis fan de La mort aux rats ^^ )

« _ […] CE SABLIER N’EST QU’UNE MÉTAPHORE, APRES TOUT.

_ Ce qu’elle tient, ç’a l’air drôlement réel.

_ CE N’EST PAS PARCE QU’UNE CHOSE EST UNE MÉTAPHORE QU’ELLE N’EST PAS RÉELLE. »

Lc avec L’île aux livres et pour le challenge fantasy et thrillers LC bis

Publicités