carnages

 

Auteur Maxime Chattam
Editeur Pocket
Date de parution 12/05/2010
Collection Pocket Thriller, numéro 13036
ISBN 2266201719
EAN 978-2266201711
Illustration Pas d’illustrations

Quatrième de couverture:

Harlem Est. 18 novembre. 8h28.

Ils sont tous là, dans le hall de l’entrée du lycée. Plus que quelques minutes avant le début des cours. Parmi les élèves, un adolescent prépare son arme. Le carnage peut commencer…

Quand l’inspecteur Lamar Gallineo arrive sur les lieux, c’est pour découvrir le cadavre du tueur qui a retourné son arme contre lui. L’affaire dépasse rapidement le fait divers : de nouvelles tueries ont lieu dans d’autres établissements.

Lamar doit à tout prix enrayer cette macabre épidémie. Mais les apparences sont trompeuses. Toujours.

L’avis des sorcières:

Maxime Chattam nous livre ici une histoire policière inspirée par les massacres dans les universités américaines (on ne peut s’empêcher de penser à Colombine de 1999). Ici l’inspecteur Lamar Gallineo va enquêter d’abord sur un massacre, un carnage,mais très vite d’autres tueries vont avoir lieu, sans aucun lien apparent… » Mais les apparences sont trompeuses. »

Ce petit livre (93 pages) se lit très vite. De part sa longueur mais aussi de part son écriture fluide, « sans bavure ». L’auteur ne s’est pas vraiment étendu sur la description des personnage, mais ce n’est pas ce que j’attends d’un court roman. Il nous donne des éléments pour se les visualiser. L’important ici sont les faits, l’enquête. Lamar, policier consciencieux va s’attacher à mener cette enquête et mettre fin à ses tueries. Pas de temps mort donc. Cependant, j’ai trouvé qu’il manquait par moment de la substance (les motivations des tireurs, comment ils en sont arrivés là, le raisonnement de l’enquête qui des fois fait un bond sans explications claires…). L’histoire part sur quelque chose de complexe qui ne correspond pas forcément au format, du coup il y a certaines lacunes.

Cela n’a  pas été une lecture transcendante, pas de réelles surprises sur le thème mais une une bonne lecture, je n’ai lâché le livre qu’une fois fini.

Et les tirs continuèrent.

8h34.

Quatorze personnes sont morte.

Vingt et une blessées, certaines pour le restant de leurs jours.

Des centaines sont traumatisées.

Dehors, la société s’éveille.

Pour nourrir un nouveau jour.

Lu pour le challenge fantasy et thrillers LC bis

Publicités