reines-et-dragons-c1
Auteur Lionel Davoust, Sylvie Miller
Editeur Mnémos
Date de parution 31/05/2012
ISBN 2354081391
EAN 978-2354081393

Quatrième de couverture:

« LES AILES IMMENSES. LE CORPS VASTE. La tête cornue et mobile au bout du cou. Et ces plaques d’écailles d’un bleu noir. La reine Ayline aurait pu défaillir si elle n’avait connu une succession d’épreuves, si elle n’avait été ballotée d’un cauchemar à l’autre. Son cœur était celui d’une guerrière : il n’était pas invincible mais il ne cesserait de battre qu’au prix d’une défense farouche. Elle sortit son glaive du fourreau ; il lui sembla dérisoire face a la puissance du monstre qui se percha sur l’édifice, ailes toujours déployées. »

Réalisée en partenariat avec les Imaginales le festival d’Epinal où le meilleur des auteurs de la fantasy française et mondiale se retrouve chaque année, l’anthologie Reines et Dragons s’inscrit dans la lignée de Rois et Capitaines, de Magiciennes et Sorciers et de Victimes et Bourreaux, saluée par une critique enthousiaste qui y a vu « sans doute la meilleure anthologie de Fantasy francophone parue à ce jour » (ActuSF).

D’un univers à l’autre, de l’exaltation aventureuse à la retenue intimiste, tout l’éventail de la Fantasy se déploie, porté par sa créature la plus légendaire et par sa figure la plus complexe. Drégongeon et son Elfrie, Chuchoteurs du dragon, Reines protectrices ou vengeresses, Soeurs de la Tarasque, Eveilleuse entre deux mondes, Déesses aux deux visages : vivez les frissons de l’épopée et de l’émotion, assistez à la confrontation de ces Reines et Dragons !

AUTEURS Pierre Bordage Charlotte Bousquet Nathalie Dau Anne Fakhouri Mélanie Fazi Mathieu Gaborit Thomas Geha Vincent Gessler Justine Niogret Chantal Robillard Adrien Tomas Erik Wietzel

Très impliqués dans l’équipe d’animation depuis la création, en 2002, du festival Imaginales, Sylvie Miller et Lionel Davoust y traduisent les propos des invités étrangers ou y assurent la modération des tables rondes. Tous deux écrivains et traducteurs, ils œuvrent depuis de nombreuses années dans le domaine des littératures de l’imaginaire, ayant notamment, pour elle, dirigé plusieurs anthologies et, pour lui, assuré la direction de la revue Asphodale.

Philosophe de formation, passionnée par l’histoire et la mythologie, les contes et le fantastique, Charlotte Bousquet est un auteur aux multiples facettes. Elle a publié des nouvelles dans différentes revues et anthologies, des articles universitaires, a participé à la création de plusieurs jeux de rôles, dont le récent Nécropolice, et n’aime rien tant que se jouer des étiquettes. Convaincue que le rôle d’un auteur est aussi de s’engager, elle a participé à plusieurs anthologies à vocation caritatives. Elle a également dirigé trois ans durant, au sein deCDS éditions, la collection Pueblos qui avait pour but d’aider des organismes humanitaires et écologiques à travers des anthologies thématiques comme « L », qui parle de la réalité de l’oppression des femmes. C’est aussi dans une veine que s’inscrivent Précieuses, pas ridicules, un essai drôle et informé en faveur de l’égalité des sexes, et Rouge tagada, un superbe roman graphique pour la jeunesse qui a eu une presse dithyrambique.

L’avis des sorcières:

L’inconvénient des nouvelles c’est que le format impose une certaine rapidité, des chutes un peu trop brusques qui parfois me laisse perplexe.

C’est le cas ici. La fin m’est passée complètement au dessus de la tête alors que j’ai beaucoup aimé le texte en lui même .

Yaaza, vielle chevrière assiste impuissante au massacre de son village par des pillards sauvages assoiffés de sang. Alors qu’elle est la seule épargnée elle décide de venger les siens et part avec sa chèvre Buruyi sur les chemins de sa némésis. Pour cela elle invoquera Maysa Khila , reine aux deux visages.

Ici reine et dragon se confondent pour assouvir la vengeance de Yaaza.

L’écriture est belle. Elle m’a entraînée dans les collines rocailleuses, respirant presque la poussière soulevée par Yaaza et sa chevrette, sentant l’odeur des cadavres en décompositions, visualisant les corps se calcinant.

Cependant la fin m’a déçue. Pourquoi l’auteur a choisit  cette voie là? Du coup je préfère arrêter l’histoire à l’avant dernière partie ^^

C’est tout de même une belle découverte 🙂

7 ème nouvelle de la LC Reines et dragons LC

Publicités