haut les nains

Editions Boule de neige – Savoie

DATE DE PARUTION : novembre 2013
ISBN : 978-2-918735-14-4

FORMAT : 29 x  20 cm

NB DE PAGES : 48

Quatrième de couverture:

La fabuleuse et célèbre histoire du nain de jardin qui voulait aller au château de Miolans.

L’avis des sorcières:

Nous avons reçu ce livre dans le cadre des téléchargement (10) de Babelio et nous les remercions ainsi que les éditions Boule de neige -Savoie.

En Haute-Savoie vous ne trouvez pas qu’une dame, ou encore du frometon bien pour la saison, mais aussi des Nains (de jardins), dont un qui rêvait de se rendre au château  de Miolans, sur la dent de l’Arclusaz,  qu’il contemplait tous les jours depuis son jardin, afin de savoir ce qu’il s’y trouve. Ce nain de jardins était un nain de jardin alpiniste…

Vous l’aurez compris, c’est un joli petit conte pour enfants que Laurent Dufreney (auteur et dessinateur, il a plus d’une corde à son arc ! 😉 ) nous propose. Et c’est un bien joli conte, dans lequel nous retrouvons tous les ingrédients nécessaire : un nain (certes de jardin mais quand même), une quête (aller au château… Pas évident pour un nain de jardin (pour rappelle ce sont des statues, alors question mouvement c’est … inexistant)). Et des épreuves (faut qu’il apprenne à marcher le bougre pour commencer), et des aides (qui ne sont pas aidées : Le Fée Néante, par exemple ; les autres nains, etc…). Chaque rencontre est désespérante et attachante. L’histoire est bien écrite. Facile à lire, c’est pour des enfants d’à partir de 4 ans, mais il n’y a pas de grosse difficulté. Chaque rencontre à un côté répétitif mais c’est parfait pour les enfants (et pour moi aussi ! 😉 )

Les dessins sont quand à eux magnifique, pas complexe, mais colorés, clair, léger, sans chichis. Ils accompagnent et servent très bien l’histoire. Mon dessin préféré est le nain chevalier ! mais ils sont tous très beau.

_ mais je suis un nain de jardin en plâtre! Je ne peux pas bouger, encore moins sortir de ce jardin.

_Ah bon, dit la fée… mais pourtant tu parles…

Le nain fixait la fée sans rien dire, l’air pensif.

Publicités