un manoir pour refuge

Auteur Ena Fitzbel
Editeur Bookelis
Date de parution 02/12/2013
EAN 979-1022720359
ISBN 102272035X

Résumé:

Un Manoir pour Refuge est un roman qui mêle romantico-fantastique et science-fiction. Il s’adresse essentiellement aux adolescents et aux jeunes adultes (young adults). Élève au lycée français de Prague, Mila vit chez sa grand-mère depuis la disparition de ses parents. Chaque nuit, elle fait ce rêve étrange et rassurant d’un manoir perdu au fin fond de la lande écossaise. Elle y retrouve une amie chère à son cœur et rencontre Kenneth, un mystérieux jeune homme dont elle tombe amoureuse. Un jour, lors d’un atelier de dessin-écriture, Mila révèle à sa classe l’existence du manoir. Le soir même, se trouve bouleversé le rêve qu’elle croyait immuable : elle découvre que ses camarades du lycée se sont glissés dans la peau de nouveaux domestiques. Mila doit se rendre à l’évidence : son rêve n’est pas comme les autres. Les frontières entre fiction et réalité finissent par se brouiller : alors qu’une domestique est assassinée au manoir, une camarade de classe ne se réveille plus… Mila est cependant loin d’imaginer la véritable nature de ce qui pourrait devenir un vrai cauchemar. Commence alors une course contre la montre pour échapper à l’emprise du manoir, mais Mila ne sait si elle pourra se résoudre à abandonner Kenneth…

L’avis des sorcières:

J’ai eu la chance de rencontrer l’auteur au Valjoly’maginaire. Une auteure plutôt discrète mais très gentille. Je venais de commencer ce livre et je voulais absolument acheter « Liaisons périlleuses au Costa Rica ». Chose faite!

Mila vit chez sa grand-mère, elle va au lycée français de Prague. Avec quelque camarades elle fait partie du club d’écriture. Avec son amie Tiffany elle invente une histoire qui se passe dans un manoir, tandis que Tif fait les illustrations. Son inspiration, elle la trouve dans les rêves récurent qu’elle fait depuis deux ans. Mais sans le savoir, elle va entraîner tous ses camarades dans son monde onirique.

Ce roman est écrit à la première personne lorsque nous sommes dans le monde réel et c’est Mila qui raconte son histoire. Lorsque nous sommes au manoir, c’est un narrateur extérieur, aussi fait-on bien la différence entre les deux mondes.

Lorsque j’ai commencé ce livre je n’avais pas lu le résumé . Je ne savais donc pas du tout de quoi il parlait. J’ai donc était surprise (mais en bien) lorsque j’ai découvert cette histoire de rêve. Dès le départ, je me suis dit  que Mila avait du vivre ces choses pour les raconter dans son histoire mais je ne pensais pas que c’était un rêve. J’ai vraiment apprécié cette idée d’emmener sans le vouloir tout son groupe d’amis dans ce songe. Par contre, tout le passage autour d’Alice (Sati) m’a dérangé:on part dans la science fiction (je n’aime pas ça!) qui rend l’histoire irréaliste presque décevante. Heureusement ce n’est pas la plus grosse partie du roman et entre un chapitre de SF on a un chapitre fantastique ou réel, qui compense largement ce problème. Autre soucis (mais est-ce un choix de l’auteure?) : alors que tout les passages se déroulant à Pragues sont raconté par Mila (je), le chapitre 22 (vers la fin) se trouve raconté à la troisième personne comme lors des rêves. Du coup j’ai été perdu, cela casse le rythme et surtout que 3 pages après, on repasse à la première personne pour la suite de la scène.

J’ai trouvé la fin beaucoup trop rapide, il manque un petit quelque chose qui aurait apporté un plus à cette conclusion. Je suis même retourner en arrière pour voir si je n’avais pas raté une page tant j’ai été surprise par l’arrivée si rapide de la conclusion.

Je ne connais pas Prague, de ce fait, malgré les descriptions de l’auteure, je n’ai pas réussi à visualiser les lieux, à m’immerger dedans alors que lorsque  l’on est dans le rêve je n’ai eu aucun soucis à rentrer dedans. Le manoir, les personnes, j’étais plongée dans ce monde.

Je suis donc partagée dans mes impressions sur ce livre: entre j’ai beaucoup aimé et je n’aime pas. Par moment je le trouvais super (le rêve, le manoir), et à d’autre (les passages SF) j’ai eu beaucoup de mal, trouvant cela même risible. Une lecture déstabilisante donc!

Parmi les personnages mon préféré est Gianluca. Mon ex belle famille est belge, comme lui, du coup j’ai retrouvé énormément d’expression belges (dont  il use et abuse), ce qui m’a beaucoup fait sourire. De plus, il se lance dans l’aventure à fond malgré ses peurs. Je l’ai préféré à Mila et Tif qui ont des réactions que j’ai trouvé exacerbées (entre les crises de jalousies amicale et les campements de position sur leur idées…).

Bref, ce n’est pas une mauvaise lecture mais si je devais lui donner une note ce serait 5/10, car vraiment inégale.

La décoration semble avoir été pensée pour faire fuir tout visiteur. Les murs en pierres grises, drapés de tentures représentant des scènes de chasse, ont un aspect sinistre.

Publicités