Scripto_Decision.indd

Auteur Isabelle Pandazopoulos
Editeur Gallimard jeunesse
Date de parution 31/01/2013
Collection Scripto
EAN 978-2070647965
ISBN 207064796X

Quatrième de couverture:

Un matin, Louise, excellente élève de terminale S, a un malaise en plein cours de maths. Quelques instants plus tard, elle accouche seule d’un enfant dont elle ne savait rien, qu’elle n’a pas attendu, encore moins desire. Assaillie de questions, Louise, la jeune fille sans histoires, croit devenir folle. Pourtant l’évidence est là : ce bébé de 3,3 kg, son fils. Comment l’accepter? Soutenue par sa famille, ses amis et les professionnels qui l’entourent, Louise va découvrir la vérité et réapprendre à vivre.

L’avis des sorcières:

Louise est une très bonne élève de terminale, une jeune fille sans histoire, elle n’est pas issue d’une famille à problème social, loin de là. Alors lorsqu’elle accouche seule dans les toilettes du lycée d’un petit garçon en bonne santé de plus de 3kg, c’est l’incompréhension pour tous. Personne, même pas elle, n’avait vu, n’avait deviné. Commence alors le temps des choix, de l’acceptation mais aussi des jugements, des regards des autres. Et c’est par la vision de son entourage et d’elle-même que l’histoire est racontée. À 17 ans peut-on refaire sa vie après un déni de grossesse ?

Je travaille depuis plus de 10 ans dans le social, j’ai été et suis toujours confronté au déni de grossesse dans le cadre de mon emploi. Ce n’est pas pour autant que je le comprends mieux, juste je l’accepte et ne juge pas la personne (ce n’est pas mon rôle) et c’est justement ce qui m’a plus dans ce livre l’auteure en elle-même ne juge pas la situation ni les choix de Louise. Même si moi je me disais non je ne ferais pas pareil, en fait je pense que l’on ne peut pas savoir tant qu’on ne le vit pas. Et ce n’est pas une histoire de classe social, de capacité mentale, un déni de grossesse peut arriver à n’importe qu’elle femme qu’on se le dise.  Ce livre témoigne de cela (Même ci ici c’est une fiction).

Ce que j’ai trouvé vraiment intéressant dans ce livre c’est que chaque chapitre apporte le point de vue sur la situation d’une personne différente. L’histoire commence d’ailleurs par Samuel, un camarade de classe, celui qui l’a conduit aux WC lorsque louise à commencé à se sentir mal, c’est lui qui à prévenu le proviseur. Puis on à le proviseur, les parents mais aussi la psychologue, le médecin, les éducateurs etc. Ce parti prit peut dérouter ou être pénible car ce n’est jamais la même personne qui parle mais moi je pense que cela apporte un plus ; Cela appui sur le fait qu’un déni de grossesse ne concerne pas seulement la femme concerné mais que cela bouleverse la vie de tout son entourage.

Bien que fictif, j’ai ressenti le travail de recherche de l’auteure (elle est allée dans des centres maternels). J’ai vécu cette situation (lorsque j’étais TISF) où le bébé hurle et refuse de manger car il ressent les angoisses de sa maman et se calme dans les bras du professionnel. Elle évoque aussi la présence des « maitresse de maison » dans le centre maternel, youpi !! Car c’est un poste méconnue auquel on ne fait pas souvent (voire jamais) allusion (mon poste actuelle ^^).

L’incompréhension des parents, leurs colères, leurs réactions m’ont un peu énervé mais en même temps révèle la réalité, dans une telle situation peu de parents (il y en a quand même hein) accepte que leur fille de 17 ans ai un bébé dans ces conditions. Louise dit être vierge, de ce fait les parents acceptent mal « les mensonges »  de leur fille.

Son copain Samuel est un appui certain. Discret mais présent, il l’aidera à sa manière à comprendre ce qui s’est passé.

Après avoir accepté le fait d’avoir accouché, on suit le cheminement de Louise. Elle doit prendre une décision : garder ou pas le bébé. A son âge ce n’est pas facile de faire un tel choix ! Elle niera d’abord avoir accouché, puis essayera d’accepter l’idée d’être la maman de ce petit garçon qui lui est étranger. Mon point de vue sur ce personnage est particulier car en tant que maman j’ai tendance à me dire que puisque c’est son bébé, elle est censé l’aimer d’un amour inconditionnel or en tant que professionnel je comprends ses réactions et je les décortique (défaut lié au travail ^^).

Ce livre est tout en finesse, en émotions et à  l’audace de parler d’un sujet tabou, mal connu et pourtant bien réel. Je ne suis absolu pas déçu de l’avoir acheté. C’était un achat France loisirs. Pas forcément celui qui m’a le plus attirer dans le catalogue mais au final un bon choix. Je le recommande pour ceux qui veulent aborder ce sujet difficile. Un deuxième roman réussi pour cette auteure.

Un tout petit point négatif tout de même, c’est qu’ici il y a une raison logique à son déni de grossesse hors c’est rarement le cas.

« -regarde, bébé, il y a ta maman qui est venue, elle est là pour te voir.

Il a tendu ses poings et j’ai glissé mon doigt dans sa main qu’il a serrée très fort. J’ai pensé je ne suis pas ta maman, je ne le serais jamais, et je l’ai pris dans mes bras »

Publicités