micro-sorcier

Aujourd’hui c’est Manon Elisabeth D’Ombremont qui passe au micro des sorcières. Manon Elisabeth d’Ombremont est étudiante en médiation culturelle à l’Université de Liège.

IMG_2627

 

Les sorcières: Comment t’es venue l’envie d’écrire ?

Manon Elisabeth D’Ombremont: Une excellente question. Je crois que c’est venu en même temps que la passion que j’ai pour la lecture. Quand j’étais plus jeune, on n’avait pas d’ordinateur à la maison et certains week-ends étaient longs. Heureusement, ma mère possédait (et possède toujours !) une bibliothèque bien fournie, alors j’ai commencé à lire quand la télévision ne proposait rien de bon. D’abord Pagnol, allez savoir pourquoi. Puis Agatha Christie. Puis Harry Potter, et c’est là que ma passion pour le fantastique est arrivée. Je n’arrêtais pas d’imaginer des histoires parallèles dans ce monde, je gribouillais sur des feuilles volantes que j’ai perdues depuis. Puis j’ai commencé à regarder MCM et j’ai découvert le manga One Piece (oui cette longue histoire a un sens 😛 ). Entre temps, un ordinateur fixe a fait son apparition dans mon salon et j’ai tout naturellement cherché un forum traitant de ce manga fabuleux. J’ai découvert une communauté sympa qui a ouvert une section RPG (role play game). L’idée, c’était de créer un personnage dans l’univers de One Piece et d’interagir avec d’autres, bref du jeu de rôle textuel. Et tout est parti de là. C’est CE forum, CETTE activité, qui m’a définitivement transmis le virus.

LS: Depuis quand ?

M.E. D’O: Oh ça fait presque onze ans maintenant que j’écris mais pour ce qui est des écrits sérieux, je dirais que ça en fait trois.

LS: D’autres projets en cours ?

M.E. D’O: Trop de projets en cours ! Mon cycle principal est celui des Légendes Faës, qui se déroule en Faëry. J’ai la trilogie principale avec Melyan en héroïne (dont le premier tome est sorti en avril 2015 aux éditions Lancelot) mais je compte développer cet univers. J’ai deux préquels en cours, un sur l’Empereur Fenrír et l’autre sur le prince Serën, qui se passent tous les deux plusieurs siècles avant même la naissance de Melyan et Elyalë.

Dans un registre un peu plus « urban » vous pouvez découvrir ma saga numérique par épisodes intitulée Nechtaànomicon, publiée chez l’Ivre-Book tous les deuxièmes samedis du mois (enfin, plus ou moins :p Mais un par mois en tous cas) et qui donnera très certainement lieu à une intégrale papier, parce que l’éditeur (Lilian pour ne pas le citer) est vraiment extraordinaire. En parlant de l’Ivre-Book, d’ailleurs, ma nouvelle gothique « lune de miel » sortira bientôt en numérique dans la collection l’Ivre-Court.

Outre cela, je travaille également sur Valachya Prince, une saga commencée gratuitement sur Wattpad. Je jongle entre les origines d’Aleksandr (le personnage principal, que vous pouvez découvrir gratuitement) et une histoire plus récente qui commence en 2011 et précède le Nechtaànomicon, où Aleksandr est aussi un personnage récurrent. Je sais, ça devient un peu compliqué là non ?

Pour le moment, je travaille sur tout cela. J’ai également quelques idées, une nouvelle par ci par là, mais je pense qu’on va essayer d’en garder un peu pour 2017 !

LS: Quels sont les auteurs qui t’inspirent ?

M.E. D’O: Ils sont nombreux mais ce n’est un secret pour personne que j’ai mes favoris. On va finir par me traiter d’obsédée mais Pierre Pevel est non seulement mon auteur favori mais également une grande source d’inspiration. C’est un modèle que j’espère un jour égaler. Je dois aussi citer Karen Marie Moning, même si je n’ai pas pour habitude de mettre des histoires d’amour dans mes récits, c’est elle qui m’a fait découvrir pour la première fois les faës alors on peut dire que c’est important. Et enfin, je citerais James Barclay parce que lire les Ravens et les Elfes m’a complètement chamboulée et m’a aidée à m’améliorer dans mes descriptions de combat. J’adore son travail, ses idées et les lecteurs attentifs verront quelques clins d’œil, notamment dans le Nechtaànomicon, en hommage à ses écrits.

LS: Un livre préféré ?

M.E. D’O:  Oula, la grande question que je déteste parce que j’ai plein de livres préférés XD Alors je vais la nuancer et vous dire quels livres j’ai préféré en 2015. J’ai eu deux gros coups de cœur (on le saura) un pour chaque semestre. Le premier, ça a été Bettina Nordet et sa geste des exilés, publié aux Éditions du Chat Noir. Je l’ai rencontrée quand j’avais perdu la foi dans l’urban fantasy, en pleine overdose Milady et waw, la claque. J’ai dévoré les deux premiers tomes et j’attends le troisième avec impatience.

Le second, ça a été Marianna Stern et son Smog of Germania. J’ai un peu flippé d’ailleurs en lisant, parce que je me rends compte qu’on a le même genre d’esprit tordu, la même manière d’appréhender certains sujets, je me suis vraiment retrouvée dans son livre qui est d’une parfaite noirceur.

Et comme jamais deux sans trois, je me dois de parler de Céline Landressie et de sa saga Rose Morte. Je suis une addict de la littérature du 19e siècle et quand je la lis, j’ai l’impression de revenir en arrière. C’est tout bonnement excellent, un style d’écriture à la pointe, une intrigue historique comme je les aime et avec une bonne dose de fantastiques en prime.

Voilà, en 2015, ce sont ces romans que j’ai préférés.

Mais si je dois citer trois auteurs qui traversent les périodes dans mon cœur, ça restera : J.K. Rowling, Pierre Pevel et James Barclay.

Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine Afficher l'image d'origine

LS: Quels sont les prochains salons où l’on peut te rencontrer ?

M.E. D’O: J’attends encore quelques confirmations donc je ne peux pas répondre à cette question dans l’immédiat, mais vous pourrez retrouver toutes les informations à ce sujet sur mon site Internet : http://dombremont.com/salons.php

Merci pour cette Interview

Légendes Faës – Tome 1 : La chienne de l’ombre de Manon Elisabeth d’Ombremont

legendes faes,tome 1- la chienne de l ombreCette histoire n’est absolument pas féérique et n’a pas une fin heureuse.
À peine donne-t-elle une morale. De toute façon, qui s’en soucie encore ?
Le passé n’apprend plus rien, puisque personne n’en tire des enseignements !
Vous tenez entre vos mains le récit de la chute des mondes, provoquée par une poignée d’êtres aveugles.
Des acteurs aisément remplaçables, animés par leurs désirs futiles de vengeance, de pouvoir et de sang.
C’est une course éternelle, un cycle condamné à se répéter. Dans le nôtre, il n’aura fallu qu’une guerrière fomoire, un Seigneur noir, une reine banshee et un dieu-dragon pour déclencher une fin programmée.
Ensemble, ils m’ont fait écrire l’Histoire en lettres de sang…

NECHTAÀNOMICON

couvertureDans une histoire normale, il incarnerait le sombre méchant supposé mourir à la fin dans un affrontement épique contre un beau et vertueux héros. Le problème : quelqu’un (qui n’a subi aucune menace…) a décidé de lui donner le rôle principal de ce récit. Après tout, le bien, le mal, c’est une affaire de point de vue !
L’Ar’narakhe Nechtaàn est aussi ambitieux qu’égocentrique. Son but : détrôner Bélial et devenir le Sat’han de l’Envie. Son problème : il est scellé dans le corps d’un asiatique et son ancestral ennemi choisit justement ce moment pour réapparaître… Et s’il n’y avait que ça !

 

Publicités