Le théorème du homard

Auteur Graeme Simsion
Editeur Pocket
Date de parution 02/04/2015
Collection Pocket
EAN 978-2266244824
ISBN 2266244825

Quatrième de couverture : 

Don Tillman a un gros problème. Ce n’est pas son incapacité à vivre en société. Ni ses idées arrêtées sur à peu près tout (à commencer par le homard au dîner, le mardi). Non, le vrai souci de Don, brillant professeur de génétique, c’est le «Problème Epouse». Sur 100 individus de sexe féminin, 100 ne répondent absolument pas à la liste de critères scrupuleusement établie par lui – et Rosie, étudiante le jour, serveuse la nuit, encore moins que les autres…

Et c’est bien là que le théorème se complique…

L’avis des sorcières:

Don est un professeur assez particulier. Génie dans sa matière, il est complètement à côté lorsqu’il s’agit de relation humaine. Bourré de toc et de manies qui rythment sa vie il prend une grande décision : trouver une épouse. Il décide d’établir un questionnaire afin de trouver la femme idéale, qui lui conviendrait en tout point. Mais tout ne se passe pas comme prévu. La femme parfaite ne se trouve pas aisément. Et il lui faut compter aussi sur une opération « recherche de paternité » pour aider Rosie, jeune femme pétillante et ébouriffante qui vient semer le chaos dans sa vie.

Don, même si ce n’est pas évoqué clairement souffre sans doute du syndrome d’Asperger, une forme d’autisme. Sa vie est rythmée de a à z. Il est agaçant, drôle à ses dépends, attachant. J’ai éprouvé de la tendresse pour lui qui as bien du mal à « être comme les autres »

Rosie est une jeune étudiante en manque de repère qui ressemble plus à une tornade qu’à une jeune femme idéal. Elle est drôle, dynamique et elle aussi attachante.

Malgré certains défauts dans leur construction (notamment la rapidité de l’évolution de Dan) j’ai beaucoup aimé ces personnages. Ils forment un duo improbable qui fait sourire. Leur caractère opposé donne des scènes cocasses. Bien que Don se débrouille très bien tout seul ! La scène où il apprend à faire des cocktails est vraiment drôle. ^^

En ce qui concerne l’histoire, c’est une romance, classique mais qui marche plutôt bien. C’est assez sympathique à lire et j’ai apprécié de partager cette tranche de vie. L’écriture est fluide et j’ai enchaîné les chapitres avec plaisir.

Certains passages sont un peu long sur la fin mais j’ai trouvé cette comédie parfaite pour remplir son rôle : détente et bonne humeur.

Par contre je ne lirai pas forcément la suite. Ce livre se suffit à lui-même et cette tendance à écrire une suite parce-que un livre à bien marché m’agace.
C’est donc un livre qui met de bonne humeur et que je conseille à ceux qui aime les comédie romantique

Lc avec Lille aux livres

Je travaillais mes pas de danse quand Gene est entré dans mon bureau.
– Il me semble que les statistiques de longévité reposent sur des mariages avec des femmes vivantes, Don.
Il faisait allusion au squelette que j’utilisais pour m’entraîner. Je me l’étais fait prêter par l’Institut d’anatomie et personne ne m’avait posé de question. A en juger par les dimensions du pelvis, il s’agissait certainement d’un squelette de sexe masculin, ce qui était sans importance pour mes exercices. J’ai expliqué sa fonction à Gene, en lui montrant du doigt la scène du film Grease affichée sur le mur de mon bureau.

Publicités