micro-sorcier   Il y a quelques temps nous découvrions une partie de l’équipe de L’ivre-book sur un salon. Très sympathique nous avons engagé la conversation et après plusieurs autres rencontres sur les salons nous avons proposé à Callie J. Deroy de répondre à nos questions. img_2613.png Les sorcières:Comment t’es venue l’envie d’écrire ? Depuis quand ? 

Callie J. Deroy: J’ai toujours aimé écrire. Toute gamine, je couchais de petites histoires sur papier et la rédaction était mon exercice préféré à l’école. Malgré ça, j’ai attendu longtemps avant d’oser me lancer et j’avais vingt-huit ans lorsque j’ai entamé l’écriture de Liens de sang, qui deviendrait mon premier roman. En commençant, je pensais ne pas arriver au bout, et jamais je n’aurais imaginé être là où j’en suis aujourd’hui. Mais plus qu’un hobbie, je me suis découvert une véritable passion pour ce métier d’auteur et, à présent, je ne pourrais plus rien faire d’autre.

 L.S.:Beaucoup de sorties cette année. D’autres projets à venir ? 

C.J.D: Effectivement, cette année est riche en sorties. Après Délicieux Poison, publié aux éditions Sharon Kena, L.S.Ange et moi-même sortons notre série commune au mois de juin, sous le pseudonyme de Ange Deroy. Et en fin d’année, vous pourrez découvrir ma nouvelle romance contemporaine, Lucy in my sky, qui sera éditée chez L’ivre-Book. Malgré tout ça, oui, j’ai encore pas mal de projets à venir ! J’ai beaucoup d’idées en tête et jamais envie de m’arrêter.

 L.S.: D’où te vient ton inspiration ? Quand et comment écris-tu ? 

C.J.D: Déjà toute petite, je m’amusais à inventer des histoires dans ma tête. Depuis, j’ai bien grandi, et maintenant je les écris. Je ne sais pas vraiment d’où me vient mon inspiration, même si certains éléments de mes histoires proviennent de la réalité. La maman de Stella (Egon, aux éditions L’ivre-Book), par exemple, ressemble à la mienne sur beaucoup de points. J’aime utiliser des anecdotes vécues ou certains traits de caractère des gens qui m’entourent. Je trouve que ça donne à mes personnages un côté « réel » qui est très important pour moi. J’essaie d’en faire de « vraies personnes », en quelque sorte… J’écris dès que je le peux, mais seulement quand je suis seule car j’ai besoin de me couper du monde  pour entrer dans celui de mes héros. Et avec deux petites filles, ça n’est pas toujours facile. 

  L.S.: Dans les nouveautés cette année, une histoire à quatre mains puisque L.S.Ange est de la partie. Comment s’est passé la collaboration ?

 C.J.D.: Étant donné que j’ai co-écrit Inestimable avec ma meilleure amie, vous ne devriez pas être très surpris par ma réponse : merveilleusement bien ! Nous nous sommes beaucoup amusées et nous tombions toujours d’accord sur la suite des événements. L.S. Ange a rédigé le point de vu de Stephen, et moi celui d’Emy. Tout s’est enchaîné sans effort et dans la bonne humeur, et nous sommes fières de notre premier bébé à deux ^^ L’expérience a même été si agréable qu’il est très possible qu’Ange Deroy se mette à l’écriture d’autres histoires… 

L.S.: Comment est venue cette idée ? 

C.J.D.: Lors d’une discussion sur Facebook, où nous parlions de tout et de rien comme le font souvent les copines. L.S. Ange et moi nous sommes rencontrées au Valjoly’maginaire de 2014, où nous avons eu un coup de foudre amical qui ne se dément pas depuis. Et comme nous sommes toutes deux des auteures passionnées, qui de plus évoluent dans un univers similaire, écrire ensemble s’est vite imposé comme une évidence.  

   L.S.: As-tu un livre préféré ? 

C.J.D.: Je suis tombée sous le charme de trop de livres pour en avoir UN préféré. Qui plus est, mes goûts sont très éclectiques, je peux adorer des histoires de styles très différents. Mais si je devais n’en citer  que quelques uns parmi ceux qui m’ont le plus marquée, ce serait sans doute Mille soleils splendides, de Khaled Hosseini, L’empire des anges, de Bernard Werber, Le parfum, de Patrick Suskind, La jeune fille à la perle, de Tracy Chevalier, Les châtiments, de Victor Hugo, ou encore le célèbre Harry Potter… Des œuvres aux antipodes les unes des autres, donc ^^ 

L.S.: Où les lecteurs pourront-ils te rencontrer ? 

C.J.D: Je vais pas mal voyager cette année, les occasions seront donc nombreuses. Les 3 et 4 juin, je serai au Salon du livre de Poitiers, les 2 et 3 juillet prochain, aux Lithaniennes, dans la Nièvre. Viendra ensuite le Valjoly’maginaire, dans le Nord, les Aventuriales, en Auvergne, puis le salon Mons’livre, en Belgique. Pas mal d’opportunités de venir me faire un coucou, donc.

Délicieux poison de Callie J. Deroy

1507-1   « Venir ici était la pire idée que j’ai jamais eue, et de très loin. Bien sûr que je n’allais pas sortir de cette histoire indemne, je me suis voilé la face parce que je crevais d’envie de le revoir. Mais Dorian est un danger, je le sens, je le sais. Et un danger aux multiples facettes. » Depuis le premier jour, il s’invite dans chacune de mes pensées, dans chacun de mes songes. À cause de lui, mes certitudes s’effondrent et ma vie bien rangée vole en éclats. Je vole en éclats. Pour quelques heures en sa compagnie, volées à la décence et à la morale, je suis prête à prendre tous les risques. Lui, Dorian. Sombre et envoûtant. Ma folie. Ma déraison. Mon délicieux poison.

Un seul jour de Callie J. Deroy

Afficher l'image d'origine   Quatorze février, la Saint-Valentin. L’amour éternel, les cadeaux, les petites attentions, une sortie en tête à tête avec son amoureux et la promesse de lendemains radieux. Ou alors la solitude, le chagrin, l’impression douloureuse que tout espoir est mort et que plus rien n’ira jamais. Pour moi, Nina, c’est plutôt la seconde possibilité. Mais autant que je m’y habitue, puisque je sais déjà que je resterai seule jusqu’à la fin de ma vie. Sauf si… Sauf si ma route croisait, par hasard, celle de quelqu’un qui en a décidé autrement… Callie J. Deroy ouvre le bal de notre nouvelle collection La Romance ; et pour fêter cela dignement, nous vous offrons cette histoire.

 Inestimable

   J’accumule les clientes, je ne crois plus en l’amour et ne respecte plus les femmes. Je sombre chaque jour un peu plus dans cette routine autodestructrice. Être gigolo n’est pas un job facile, mais je suis maître en la matière. Pourtant, il va suffire d’une mission, d’une femme pour que tout bascule. Et que ma vie ne soit plus jamais la même… » « Je me marie dans quelques semaines au très froid Nicolas Dambres-Villiers. Être enfin à l’abri du besoin et ne plus avoir peur du lendemain… Je ne demande rien de plus. L’amour ? Non, ça c’est un piège. Et un mensonge. Plus jamais je n’écouterai mon cœur, il ne m’a apporté que douleurs et déceptions. Encore moins s’il me souffle des inepties à propos du type le plus agaçant et arrogant de l’univers… » « Si différents… et pourtant si semblables. Nous ne partageons rien, si ce n’est notre profonde solitude. Comment croire à nouveau que tout est possible ? Que deux êtres que tout oppose puissent avoir une chance de trouver le bonheur ? »    

Publicités