Le magasin

Editeur Pocket
Date de parution 05/03/2008
Collection Pocket, numéro 13546
Format 11cm x 18cm
EAN 978-2266179270
ISBN 2266179276

Quatrième de couverture:

Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre…

L’avis des sorcières: 

À une époque où tout est gris, triste, déprimant, le taux de suicide est au beau fixe. La famille Tuvache en a donc fait son affaire : Le Magasin des Suicides propose aux gens cent et une manières de mettre fins à ses jours, en allant de la méthode délicate du poison, en passant par la corde, le pistolet, le parpaing, la pomme empoisonnée, et j’en passe. « Vous avez loupé votre vie ? Vous réussirez votre mort », telle est leur devise. Leur affaire plus, que prospère, va se retrouver mis à mal par l’arrivée dans leurs famille du petit dernier : Alan, un éternel optimiste et qui respire la joie de vivre.

C’est le premier livre que je lis  de Jean Teulé. Je l’avais déjà lu, il y a des années, mais je n’en avais pas gardé de souvenirs…

L’auteur nous plonge dans un monde futuriste où l’espoir n’est qu’un mythe, et ou règne désespoir et fatalisme. Il nous emmène plus précisément dans le magasin des Tuvaches, et il nous fait partager des tranches de vie de cette famille dont le commerce est la mort. Chaque membre de la famille a son rôle dans l’affaire florissante, ou va trouver sa place. Mais Alan, le petit dernier, conçu par accident (ses parents ont voulu tester la capote trouée) va venir perturber leur quotidien. Il y a peu de descriptions des lieux, on est plus accès sur les personnages et leur interaction. Et surtout de l’effet d’Alan sur les autres, qu’ils soient de sa famille ou juste des clients.  Jean Teulé fait preuve d’un humour noir, mais aurait il pu en être autrement ? Je ne pense pas. D’ailleurs chacun a un prénom des membres de la famille en référence à une personnalité qui s’est suicidée. Il y a une certaine originalité dans cette histoire même si le thème n’est pas facile.

La fin m’a un peu surprise. Devons nous y voir un message, une leçon ? Peut être, je ne l’ai pas abordé dans ce sens.

Ce fut une lecture plaisante, qui ne me marquera pas forcément.

 

Publicités