Nymphéas noirs

Auteur Michel Bussi
Editeur Pocket
Date de parution 05/09/2013
Collection Pocket, numéro 4971
EAN 978-2266222372
ISBN 2266222376

Quatrième de couverture:

Trois femmes.
Une seule énigme.
Laquelle en détient la clé ?

Michel Bussi nous invite à un redoutable jeu de pistes dans un Giverny où tout n’est qu’illusion…

« Une intrigue savamment ficelée qui défie le temps et celui qui voudrait trouver l’astuce avant le dernier chapitre. » Julie Malaure, Le Point

« Passé et présent se superposent et c’est peu dire que l’on passe par toutes les couleurs… » Marie France

« C’est une petite merveille. » Gérard Collard, LCI

L’avis des sorcières:

Alors que je lis peu de policier/ thriller depuis quelques années suite à une overdose de ce genre, il m’arrive de temps en temps à présent d’en lire un avec plaisir. Lorsque le club de lecture a proposé ce livre j’étais plutôt contente: il était dans ma pàl et je voulais découvrir l’auteur.

Wahou. J’ai adoré et j’ai été bluffée.

Le cadre, le décor est magnifique. L’auteur a su faire vivre Giverny sous mes yeux au point que j’ai envie de découvrir ce village.  En effet ce qui fait marcher ce livre c’est le côté figé, intemporel de ce village où l’ombre de Monet plane encore et toujours.

Michel Bussi a fait un sacré travail d’écriture pour faire vivre les lieux, les oeuvres d’art.

Outre le décor, l’histoire m’a vraiment plu. Je suis partie avec plaisir à la recherche du tueur et j’avoue avoir été piégée par l’auteur et être restée bouche bée lorsque toutes les pièces du puzzle se sont mis en place.

Ce n’est pas tant les personnages que l’intrigue et les lieux qui m’ont intéressée. Michel Bussi nous ballade  et ça m’a plu !

Plusieurs mois après la lecture c’est vraiment la « révélation » et les lieux qui me reste en mémoire.

C’est un livre que je conseille car c’est une belle découverte.

1610010_975260135891421_8449629982853290953_n 1779674_975260105891424_7707028194640191380_n 1916311_975260122558089_1015000897364965303_n msvrn250

Lc avec L’île aux livres

Tu te fous de ma gueule, Sylvio ?
-Pourquoi ?
-Tu veux vraiment me faire croire que tu collectionnes les barbecues ?
-Je ne vois pas où est le problème. Vous verriez, de jour. On doit même être quelques milliers de fugicarnophiles dans le monde…
Laurenc Sérénac se baisse et masse son genou.
-Fugi-machin-truc, ça signifie « collectionneur de barbecues », je suppose ?
-Ouais ! Enfin, je ne suis pas certain que ce soit dans le dictionnaire.

Publicités