La redemption du Phénix

EAN139782357900202
ISBN978-2-35790-020-2
Edition: le Carnoplaste
Date de publication:  05/2014
Series Les chroniques du jiang hu

Quatrième de couverture
Le Village des Trois Collines est oppressé par des brigands sans foi ni loi.
Passe Zhi Xiang, un jeune chevalier idéaliste en quête de perfection martiale. Son terrible combat contre le Loup au Sabre affamé lui vaudra le courroux des Fauves sanguinaires…
Son idéogramme de l’imprévisibilité sera-t-il plus fort que la Danse du Cobra du Serpent des Monts Liang ? Sa technique de l’envol le sauvera-t-elle des horribles pièges tendus par le Tigre à la Face grimaçante ?
Dans le vaste Jiang Hu vit un héros oublié… Il faudra tout le courage de Jolie Luàn pour réveiller le Phénix qui surpasse les Immortels…

L’avis des sorcières:

Dans le Jiang Hu, une légende existe… Un village est oppressé par une bande de brigands Les Fauves Sanguinaires. Ces brigands sans foi ni loi oppriment les habitants du village des 3 Collines. Un jour, un jeune homme y passe, Zhi Xiang, alors qu’un des chefs des Fauves Sanguinaires, Loup au Sabre Affamé,  et ses hommes s’en prennent aux villageois. Zhi Xiang, jeune idéaliste, maitrisant les arts martiaux provoque le chef de la bande. S’en suit un terrible combat, dont les conséquences peuvent coûter cher…. Telle est la loi du Jiang Hu.

Nous sommes donc dans un univers de chevalerie médiévale chinoise. Qui n’a jamais regarder ce genre de film étant plus jeune ? Je voulais retrouver ce qui faisait cet univers. Je n’ai pas été déçue. Tous les ingrédients s’y retrouvent. Premièrement, la couverture du fascicule, réalisé par Lohran, est très jolie et donne une juste idée du contenu. Le format du fascicule est original. Loin d’être gênant. J’aurais aimé avoir quelques illustrations à l’intérieur…  pas forcément de grandes, des petites, juste pour le plaisir. ^^

J’ai vraiment pris plaisir à me plonger dans cette aventure. Le scénario est somme toute classique mais efficaces. Zhi Xiang est un personnage défendant des grandes valeurs, la veuve et l’orphelin, et dans son voyage pour trouver un ancien maître en art martiaux afin de parfaire sa maîtrise de ceux-ci, va se retrouver mêlé  une histoire qui fera naître, ou pas une légende. L’écriture est fluide, elle nous transporte aisément dans le Jiang hu. Les descriptions sont suffisantes pour s’imaginer les décors, l’ambiance. Le 36 pages se tournent rapidement et sont suffisantes. Le petit lexique de terme chinois au début, pour ceux qui ne connaissent pas cet univers, est utile.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui m’a permis de « revoir » un épisode de chevalerie chinoise.

Publicités