sans-nouvelles-de-gurb

Auteur Eduardo Mendoza
Traduction François Maspero
Editeur Points
Date de parution avril 2013
Collection Points
Format 11cm x 18cm
EAN 978-2757835678
ISBN 275783567X

Quatrième de couverture: 

Deux extraterrestres débarquent pour une mission d’étude. Le lieu : la terre. Sujet : les hommes. L’auteur de ce journal a la responsabilité de cette mission. Croyant bien faire, il envoie son subalterne Gurb au contact de la zone et de la « faune autochtone », métamorphosé pour l’occasion en une forme qu’il imagine totalement passe-partout : Madonna. Il ne lui faudra pas plus de 20 heures pour qu’il disparaisse et que, sans nouvelles de lui, le narrateur se voit contraint de partir à sa recherche et à la découverte de Barcelone et des habitudes terrestres. Notre héros se retrouve alors à son insu au centre d’aventures pour le moins désopilantes.Mais enfin, de qui parle-t-on ici ? De nous bien sûr ! De notre société, de ses moeurs et de ses coutumes, de son arrogance et de sa lâcheté. De ses bons côtés aussi, de ce qui fait que nous sommes parfois vils ou valeureux. Et si souvent, à la lecture de ce petit livre, un rire salutaire et incontrôlable vous secoue comme un prunier, il s’en faut aussi de peu parfois pour qu’il nous inspire la terreur de nous-mêmes. Car l’humour délirant d’Eduardo Mendoza est ainsi dosé qu’il recèle toujours une part certaine de férocité. Ainsi, par moments, on en viendrait presque à s’écrier : pauvres extraterrestres perdus dans ce monde de fous !  • Eduardo Mendoza, auteur du Mystère de la crypte ensorcelée, de La Vérité sur l’affaire Savolta, de la Ville des prodiges, élu “Meilleur livre de l’année” en 1989 par le magazine Lire, est né à Barcelone en 1943. Il est l’un des auteurs espagnols les plus lus et les plus traduits de ces dernières années. Il a reçu en France le prix du meilleur livre étranger, en 1998, pour Une Comédie légère.

L’avis des sorcières:

Deux extraterrestres, ayant été envoyé pour nous étudier, atterrissent à Barcelone. Lors de la première expédition d’observation de Gurb, qui a pris l’apparence de Madonna, ne reviens pas. Son supérieur va aller à sa recherche.

Ce roman de 125 pages est un ovni, c’est le cas de le dire. La quatrième de couverture et la phrase mise en avant avait tout pour augurer un très bon moment avec de nombreux rire. J’ai été un peu déçue. Eduardo Mendoza fait une critique de la société espagnole, pour ce faire il part dans un style SF et humoristique. L’humour peut s’avérer un peu lourd parfois, car il utilise le comique de répétition, mais des fois c’est un peu trop. Le roman est court et c’est tant mieux, même si j’ai sourit aussi.  Bon après je n’ai pas la culture espagnole j’ai du donc passé à côté de plein de références… Au niveau des personnages, je n’ai pas su m’attacher à eux.

Malgré mes remarques pas très positives au dessus, j’ai passé un bon moment détente à le lire. Je n’ai pas cherché plus loin. Les tentatives d’adaptations aux us et coutumes humaines se révèlent cocasses. L’écriture sous forme de journal de bord permet une lecture rapide.

Une lecture facile mais qui sera vite oubliée.

Publicités