Gabriel

Nombre de pages : 319 pages
Éditeur : M/M Bookmark
Date de sortie : 29 mars 2016
Collection : MXM.IMAGINAIRE
Langue : Français
ISBN-10 : 2375740750
ISBN-13 : 978-2375740750

Quatrième de couverture:

« Ce n’est que lorsque l’Ange vous tournera le dos que vous verrez ses ailes… mais il sera trop tard pour lui demander de rester. »

De son passé, Gabriel n’a aucun souvenir depuis qu’il s’est réveillé sur les marches de la cathédrale Saint-Patrick. Le Père José Morgan, prenant son apparition comme un signe divin dans un New York dévasté, prend le jeune homme sous son aile et s’en occupe comme s’il s’agissait de son propre fils. À la mort du religieux, Gabriel commence à faire d’étranges cauchemars où anges et démons se livrent une bataille sans merci.

Et s’il avait son propre rôle à jouer dans cette lutte du Bien contre le Mal ?

L’avis des sorcières:

Je n’avais jamais lu de M/M. L’auteure m’avait dit que ce n’était pas très prononcé dans son livre. C’était ce qu’il me fallait.

J’ai commencé ce livre sans savoir où j’allais. La quatrième de couverture ne dit pas grand-chose. Du coup j’ai avancé un peu dans le flou mais amusée en découvrant la réinterprétation des mythes par Céline, la création de « son » Eden et de « son » enfer. Car il s’agit vraiment de son univers.

Parce qu’elle ne se contente pas de prendre la chute des anges déchus, elle crée tout une explication autour, très différente de ce que j’ai pu déjà lire. Des livres sur les anges déchus j’en ai déjà lu et ce n’est donc pas une nouveauté pour moi. L’auteure prend des libertés pour créer sa version du mythe qui parfois m’ont fait sourire, et ce n’est pas de manière négative au contraire. Je me disais «  ah tiens c’est sympa sa manière de voir les choses, c’est original ». D’ailleurs je pense que c’est vraiment cette réinterprétation des mythes qui m’ont plu.

[ note pour Anne et Adeline : On trouve un certain Caïn dans ce livre ^^]

J’ai mis du temps à m’attacher aux personnages, le temps de comprendre leur histoire, leur but. Et puis petit à petit j’ai voulu vraiment savoir comment Léviathan et Gabriel allait s’en sortir, eux que tout oppose et qui pourtant se rapprochent.

Car n’est-ce pas là un thème universel, la lutte du bien contre le mal ? Mais qui peut juger de ce qui est bien ou mal ? Parfois la frontière est bien mince.

Gabriel manque peut être un peu de « punch ». Je l’aurais voulu un peu moins passif mais cela s’explique par son amnésie.

Le côté M/M est en effet léger. Ne vous attendez pas à de grandes scènes très explicites. Ici il n’y en a pas.

J’ai finit ce livre avec le sourire car l’auteure n’aurait pas pu trouver meilleur fin ; C’était celle qu’il fallait.

Publicités