Je te vois de Clare Mackintosh

Le jour où Zoe Walker découvre son portrait dans les petites annonces d’un journal londonien, elle décide de mener sa propre enquête. L’image floue n’est accompagnée d’aucune explication, juste d’une adresse Internet et d’un numéro de téléphone. Pour les proches de Zoe, c’est la photo d’une femme qui lui ressemble vaguement, rien de plus. Mais le lendemain et le surlendemain, d’autres visages féminins figurent dans l’encart publicitaire. S’agit-il d’une erreur ? D’une coïncidence ? Ou quelqu’un surveille-t-il leurs moindres faits et gestes ?

Editeur Marabout
Date de parution 22/03/2017
Collection Fiction
EAN 978-2501114516
ISBN 2501114515
Nombre de pages 445

 

L’avis des sorcières:

Un grand merci à Marabout et  Partage lecture pour la découverte.

Après le coup de coeur  de Te laisser partir , j’attendais le nouvel ouvrage de Clare Mackintosh avec impatience mais aussi appréhension. En effet allais-je autant l’apprécier ? Allais-je me détacher du premier pour mieux découvrir le second ?

Si Te laisser partir est resté dans un coin de ma tête j’ai réussi à m’en détacher pour profiter de cette lecture. Car c’est un tout autre univers que l’auteure aborde. Avec Te laisser partir tout commençait par un drame, qui s’il pouvait arriver à n’importe qui,  ne touchait pas tout le monde. Avec Je te vois au contraire la victime peut être vous et moi qui chaque jour fait les mêmes gestes, à la même heure.

L’auteure nous emmène à Londres dans un quotidien banal de « métro, boulot, dodo » et en fait quelques choses de glaçant.

En effet alors que la vie de Zoe Walker est assez rangée, (mère de deux grands enfants, un ex encore amoureux, un nouveau compagnon, un patron tyrannique) elle voit son quotidien bouleversé lorsque sa photo apparait dans les pages de petites annonces d’un quotidien gratuit londonien. Car cette photo n’en est qu’une parmi d’autres de femmes qui ignorent ces annonces, qui ne savent pas être épiées, traquées, menacées. Et évidemment personne ne veux croire Zoe. Son entourage estime que « c’est un sosie », « une coïncidence », « une mauvaise blague »…

L’auteure installe tranquillement son histoire. On plonge dans le quotidien des protagonistes, leur routine. Et puis l’action peu à peu se met en place, les pièces du puzzle se dévoilent et s’assemble. Chacun devient suspect, les apparences sont trompeuse et a chercher la vérité on peut tomber sur des secrets qu’on aurait préférer ne pas découvrir.

Le personnage de Kelly Swift est celui qui m’a le plus touchée. Je l’ai trouvée très juste dans sa manière de réagir par rapport au drame qui a touché sa sœur jumelle. Je sais que j’agirais de même, que je ressentirais les mêmes émotions, les mêmes sentiments qu’elle si on touchait à ma propre sœur jumelle. Quitte à être dans l’erreur.  Kelly est forte mais a ses faiblesses aussi.

Zoe a pu m’agacer en ne voulant pas laisser grandir ses enfants. Parfois ce n’était même plus de la protection ! C’est comme si elle n’avait pas confiance en sa progéniture, qu’elle les minimisait. Qu’est ce que j’ai pu pester contre elle !

Mais justement c’est ça qui m’a plu aussi dans ce livre. Les héros ne sont pas lisses, pas tout blancs ou tout noirs. Ils sont humains et quelques part « réel ». On peut s’identifier à eux. Et c’est la où Clare est forte car je ne pouvais m’empêcher de regarder derrière mois dans les transports en commun pendant cette lecture et me faire la remarque que moi aussi j’étais souvent prévisible dans ce que je faisais et repenser  à toutes ces têtes que je croise très souvent sur mon trajet depuis que je suis sur Lille et que je reconnais sans connaître.

C’est donc un très bon roman que nous propose l’auteure.

Et vous ? l’avez vous lu? Qu’en avez vous pensé? Vous fait-il envie?

*Marie*

Publicités