Les herbes de la lunes

Auteur Anne Laure
Editeur Chat Noir Eds Du
Date de parution 01/09/2014
Collection Cheshire
EAN 979-1090627543
ISBN 1090627548

Quatrième de couverture:

Elle est différente, c’est certain. Pas seulement différente des autres filles. Elle est Autre. Aussi sûrement que ses cauchemars récurrents ne sont pas le fruit de son imagination, l’univers que s’apprête à découvrir Abigail va lui ouvrir les portes de son passé, mais aussi de son avenir.
Les brumes mystérieuses de la lande, la force destructrice de la mer, la célébration du solstice d’hiver et la fête celtique de l’Alban Arthan : autant de secrets que la jeune étudiante ne pouvait soupçonner.
À présent, Abigail devra puiser dans la puissance du cycle lunaire pour affronter son destin qui s’est rapidement mis en marche. Bien trop rapidement…

L’avis des sorcières:

Abigail est une jeune étudiante. Elle vit chez sa grand-mère, ses parents étant décédés. Elle essaye de mener une vie tout ce qui a de plus normale… si ce n’est ses cauchemars qui l’assaillent depuis quelque temps, et qui semblent si réels… Et s’ils n’étaient pas si anodins que ça. Et quand, pour un travail pour l’école, elle se retrouve dans une herboristerie… où l’herboriste semble connaitre certaine chose sur sa mère et son héritage…

J’ai su d’entrée me plonger dans l’histoire tant la plume de Anne Laure est agréable. Pas de phrases alambiquées mais des mots justes qui vous transportent. Nous suivons Abigail dans la découverte de ce nouveau monde qu’est celui des druides, et dans lequel elle doit prendre sa place. Les évènements se déroulent normalement.

On s’attache facilement à Abigail, nous pourrions être à sa place. Le personnage de Maelann, est plus sombre, nous ne pouvons pas être d’accord avec son raisonnement, ses idées, mais on ne peut s’empêcher de ressentir de l’empathie pour lui, tout comme Abigail.

On sent aussi le travail de recherche de l’auteur du monde druidique et de l’herboristerie. Les décors sont bien plantés, bien décri. On évolue bien dedans, on a pas de mal à s’imaginer les rues sombres, la cuisine de chez la grand-mère avec cette dernière et Abigail autour d’une tasse de thé, les odeurs d’embruns quand on est dans la grotte…

J’ai vraiment eu plaisir à lire ce livre. L’histoire a su me captiver. La suite m’attends dans ma PàL, où je ne pense pas qu’elle va rester longtemps…

 » Brusquement, j’ouvris les yeux.

Il faisait noir.Si noir que j’en étais aveugle.

Mes pieds nus s’enfonçaient dans une mousse épaisse et moelleuse, de hautes herbes venaient chatouiller mes mollets. Sur mes lèvres, je goûtais la saveur du sel et de l’iode. »

 

 

Publicités