Quand la mort nous sépare

Auteur Ange L S
Editeur L’ivre-Book
Date de parution août 2015
Collection La Romance
EAN 978-2368921616
ISBN 9782368921616

Quatrième de couverture:

Adelice ne dort jamais et reste éveillée jour et nuit a observer la vie des autres.
Elle est morte depuis des siècles et donnerait n’importe quoi pour rejoindre la lumière… Elle a tout essaye pour y parvenir. Mais elle reste la, entre ces murs, prisonnière de cet enfer.
L’arrivée de Timael dans sa maison, dans sa vie, il y a quelques années, fut son rayon de soleil dans les ténèbres…
Elle l’aime… Plus que tout, elle l’aime… Mais il ne sait pas qu’elle existe. Ne connait pas la force de son amour pour lui… Alors comment réagirait-il en découvrant l’existence d’Adelice ?

L’avis des sorcières:

Comme l’année dernière la ValJol’imaginaire a été source de nombreux achats de livres, de découvertes d’auteurs (fort sympathique) et de maison d’édition. « Quand la mort nous sépare »de L. S. Ange en fait parti.

Adélice est une jolie jeune femme, elle est amoureuse de Timaël mais il ne le sait pas et elle en souffre. Cela fait plusieurs années qu’elle l’espionne à son insu, de la cuisine à la douche, elle le suit partout. Elle n’est pas adepte du voyeurisme, non! C’est un fantôme! Décédée de façon tragique plus de 200 ans avant, elle n’a jamais quitté ce monde et depuis, son univers se résume à sa maison. Des locataires, il y en a eu plus d’un depuis mais Timaël est différent, elle en est tombé amoureuse et lorsqu’elle voit qu’il commence à aller de plus en plus mal, Adélice est désespérée de ne pouvoir l’aider. Et puis un jour il découvre son existence! Le début d’une nouvelle vie pour Adélice qui la poussera à faire des choix et à de terribles découvertes!

Le résumé m’a tout de suite attiré lors du salon: de la romance, du fantastique, une pointe d’érotisme = un cocktail qui m’a paru plaisant. L’histoire se lit très vite, quelques heures suffisent. Les 187 pages sont séparées en 4 parties divisées en chapitres assez court. L’écriture est plutôt dynamique et les révélations distillées au fur et à mesure donne envie de poursuivre la lecture.

J’ai trouvé Adélice un peu trop pleurnicharde à mon goût mais bon, elle vient d’un autre temps (aujourd’hui nous sommes des femmes fortes! des battantes! lol) mais ce qu’elle a subit est terrible et j’ai voulu savoir comment elle allait s’en sortir.

En ce qui concerne les personnages masculins, j’ai une préférence pour Alastor qui arrive dans la deuxième partie. C’est un démon mais à sa manière il a des sentiments et ça j’adore! Timaël est trop humain à mon goût, presque faible du coup. J’ai moins accroché avec lui.

L’histoire est écrite à la première personne , c’est Adélice qui raconte sa vie. Sauf la dernière partie qui nous donne le point de vue d’Alastor et alternativement celui d’Adélice.

J’ai noté un petit soucis de mise en page (pas trop grave mais bon!): alors que tous les numéros de chapitres sont en haut de page (ce qui est normal) dans la partie 2 le titre « chapitre 6 » (page 67) se retrouve en bas de la page et le chapitre commence de l’autre coté.

Une autre chose m’a chagrinée mais cela est vraiment personnel, l’auteure emploie souvent (trop) la formule « réponds-je »… alors je sais, c’est français, il n’y a pas de faute et le récit étant au présent c’est la formulation appropriée.. Mais alors ça ne sonne pas bien du tout à mon oreille. Je ne trouve pas cela très beau! Mais je le redit, c’est mon avis personnel.

C’est une jolie romance, une histoire d’amour impossible. Je pense essayer de lire d’autre livre de l’auteure qui est d’ailleurs adorable et très gentille.

« C’est trop dur.

J’ai ce pré sentiment que quelque chose va se passer. C’est trop beau pour être vrai…

J’attends la chute tragique de notre histoire… »

Publicités