salem

Format : 155 x 220
Sortie : 10 novembre 2015
Série : 1/1
Collection : Plume Noire
Genre : Fantastique
Pages : 422

Quatrième de couverture: 

1692.
Salem, États-Unis.
Accusées de pratiques magiques, de nombreuses personnes sont alors mises à mort. Innocentes ou coupables ? Qui méritait réellement la potence ? De nos jours, alors que Max évite de peu la mort, la voilà sous l’emprise de songes qui semblent tous venir d’une époque lointaine où la sorcellerie et les démons hantaient l’imaginaire du commun des mortels.

L’avis des sorcières:

Maxine, ou Max, sort d’un long séjour à l’hôpital. Suite à un accident de voiture, elle a du subir de nombreuse opération. Elle a vite guérit selon les médecins, mais malheureusement elle est amnésique, seule séquelle de l’accident. La police n’a rien trouvé sur elle : ni personne à prévenir, ni les causes de l’accident. Elle décide de rentrer chez elle, de reprendre sa vie. Elle espère ainsi qu’elle retrouvera la mémoire. Elle se pose beaucoup de questions, dont elle compte bien trouver les réponses…

Dès le début, je me suis attachée au personnage de Max. Mon désir d’apprendre ce qu’il lui été arrivé était aussi fort que le sien. L’auteur nous  présente Max au fur et à mesure qu’elle réapprend qui elle est.  Max est fort sympathique, mais elle a son caractère : personne ne décidera pour elle. Et nous n’allons pas être en reste sur les révélations.

J’ai eu cette impression de bans de brouillards : au début on est dedans, on tâtonne, on navigue à l’aveugle, on sent poindre la fin du ban, et soudain on est sorti, on respire, et bam ! On retourne dans un autre ban…. Et en plus l’auteur au lieu de ce contenté du présent, nous invite à partir dans le passé, par des songes de Max, en 1692 précisément, pour nous faire connaître des faits qui se sont déroulés à Salem…

Cette alternance entre les chapitres qui se déroulent au présent et au passé est très réussi : on sait qu’il y a un lien, mais sans vraiment mettre le doigt dessus, ou en se demandant « ok, mais comment ? ». Et là on sent le travail de l’auteur. Sandra Triname a fait un super travail : elle a recherché le procès de Salem, et a su se le réapproprier. J’ai beaucoup aimé : sa version est originale mais elle ne s’éloigne pas des faits, elle vraiment su l’intégrer à son histoire.

Et concernant son histoire dans l’intégralité, même chose, elle a travaillé chaque point, chaque révélation, je n’ai pas eu un moment pour me dire : « non mais attends là, c’est trop facile ! » ou « non mais là, ce n’est pas crédible ! ». Son intrigue est vraiment menée avec brio, et ce jusqu’à la fin. Je déplore juste être arrivé à la dernière page, et de me dire c’est fini.

Une très bonne lecture donc… Non, un coup de cœur !

Coup de Coeur

Publicités