maria-chapdelaine

192 pages
Date de parution: 01/09/1975
Editeur d’origine: Grasset
Langue: Français
EAN / ISBN: 9782253005667

Résumé: 

« Qu’il revienne au printemps… Songeant à ce retour, à lui, à son beau visage brûlé de soleil qui se penchera vers le sien, Maria oublie tout le reste. »
Mais François Paradis ne reviendra jamais plus. Pour passer les fêtes de Noël avec Maria Chapdelaine, en haut du lac Saint-Jean, François Paradis est parti, seul, contre l’avis de tous. La tourmente l’a pris, il s’est écarté, perdu. La neige a recouvert sa piste.
Louis Hémon a vécu de nombreux mois à Peribonka, près du lac Saint-Jean, parmi les pionniers défricheurs de la forêt canadienne. Ils lui serviront de modèles pour écrire son chef-d’œuvre, Maria Chapdelaine, un roman traduit dans toutes les langues.

L’avis des sorcières:

C’est une histoire simple que nous raconte l’auteur.  Simple comme la vie des gens là-bas.  Mais dur aussi comme le pays peut l’être avec ses longs hivers glacés qui prennent même les plus solides, et le travail arasant que demande la terre.  Mai c’est aussi une magnifique histoire comme c’est l’être le Québec avec ses lacs,  ses étendues sauvages.

Maria Chapdelaine, héroïne éponyme,  attend François.  Il lui a promis qu’au printemps il reviendrait la chercher.  Ce coureur des bois,  elle l’a dans son cœur, simplement, parce-que là-bas on ne connaît pas la passion,  on ne pense pas à ça.  Mais il reviendra. Alors elle l’attend.

Mais l’hiver en a décidé autrement.  Voulant lui faire la surprise de la rejoindre pour les fêtes de fin d’année il partira seul contre l’avis de tous dans les bois,  la neige et la tempête.

Aux Chapdelaine on dira qu’il s’est «  écarté »

Alors Maria doit continuer à vivre.  On lui a dit, sa famille d’abord et le prêtre ensuite. C’est alors que deux nouveaux prétendants s’offre à  elle.  L’un lui offre une vie où il faudra travailler dur pour à peine survivre, l’autre lui propose un monde inédit rempli de modernité là-bas aux états.

L’auteur nous propose une très belle histoire.  Il a vécu au début du siècle dernier au dessus du lac Saint Jean et c’est de son expérience qu’il tire ce livre.  On y sent la dureté,  le courage parfois le désespoir des gens venue habité là-bas et dont le rêve est brisée par la réalité.

Mais tout n’est pas froid et travail il y a aussi de beau moment en famille que chacun apprécie : les veillées,  les chants pour câliner les plus petits,  la cueillette des bleuets ou la préparation de la tire.

Un roman plutôt court mais intéressant. J’ai vraiment apprécié cette lecture.

challenge-quebec

Publicités