Northenger Abbey

Auteur Jane Austen
Editeur 10/18
Date de parution 23/02/2000
Collection 10/18 Domaine Etranger, numéro 1596
Format 10cm x 18cm
ISBN 2264023805
EAN 978-2264023803
Nombre de pages 285

Quatrième de couverture:

Par sa gaucherie, ses rêveries naïves et son engouement pour les vieux châteaux, Catherine Morland semble loin des modèles de vertu. Mais si cette jeune Bovary délicatement british n’a rien d’une héroïne, c’est que Jane Austen s’amuse ! Et nous emporte, d’une plume malicieuse, d’un bout à l’autre du plus moderne des romans austeniens.

« Jane Austen est charmante et féroce, bien élevée et impitoyable. »

L’avis des sorcières:

Catherine Morland , jeune fille bourgeoise, ici d’une famille de dix enfants, n’est pas ce qu’on appelle une jeune fille accomplie. Un peu paresseuse elle préfère de loin la lecture d’un roman aux travaux d’aiguille ou aux leçons d’histoire. Aussi lorsque le couple d’ami, les Allen, lui propose de séjourner à Bath avec eux pendant quelques temps elle est ravie et s’imagine pleins d’aventures. Elle y rencontrera des joies, des peines et vivra bien des aventures.

Qu’est ce que je me suis amusée avec cette lecture! Jane Austen est ici très drôle, ironique. Le ton est donné dès le début du livre. Elle nous dépeint un personnage qui n’a rien d’une héroïne classique de l’époque et c’est cela qui me plait. Catherine est une jeune fille simple, pas très belle mais qui n’est pas dénuée de charme, sans grande fortune et qui a une passion dans la vie: les romans , notamment gothique, quitte à se perdre entre rêve et réalité. Elle est un peu naïve mais c’est surtout du au fait qu’elle ne connait que peu de chose du monde plus que du à un manque d’intelligence. D’ailleurs elle apprend de ses erreurs et de celles des autres. Notamment à cause/grâce à la famille Thorpe ou la famille Tinley.

Isabelle Thorpe est un personnage particulièrement agaçant, vaniteux et prêt à tout pour l’argent. Elle se sert de Catherine comme faire valoir et j’ai pesté plus d’une fois contre elle.

Son frère John est pire. C’est un être imbus de lui même, qui ne comprend pas les autres s’il ne sont pas de son avis, qui aime s’écouter parler et qui pense que tout lui est dû. Heureusement après le départ de Catherine pour Northanger nous n’en entendons presque plus parler .

J’ai été surprise par la famille Tinley. Le père et l’ aîné sont des êtres intéressés , l’un par l’argent et l’autre par son propre plaisir.  Les deux autres sont beaucoup plus simple, doux et délicats. Eleanor est effacée et j’aurais voulu en savoir plus sur elle car c’est un personnage que j’ai bien aimé. Quand à Henry Tinley ce n’est surement pas mon personnage préféré de Jane Austen. Il est gentil, doux mais il est loin d’avoir le charisme d’un Darcy ou d’un  capitaine Wentworth.

Jane Austen nous propose un livre moqueur d’une société codifiée et étroite. Elle n’hésite pas à nous prendre à parti ce qui rend le récit vivant et surprenant. Le texte est souvent ironique pour notre plus grand plaisir. L’écriture est belle et reste abordable. Je suis toujours étonnée de la facilitée de lecture des livres de Jane Austen.

J’ai vraiment apprécié cette lecture qui m’a apporté une autre  vision de Catherine que je ne connaissais que grâce à la version télé de la BBC.

Personne ayant jamais vu Catherine Morland dans son enfance ne l’eût supposée née pour être une héroïne. Sa situation dans l’existence, le caractère de son père et celui de sa mère, sa propre personne et son tempérament, tout s’opposait également à ce qu’elle en fût une un jour. Son père était clergyman sans être pour cela ni méprisé ni pauvre, et c’était un monsieur très respectable, bien qu’il eût pour nom celui de Richard…

LC avec Dawn et Scarlett

La chronique de Dawn:  Northanger Abbey de Jane Austen

La chroique de Scarlette: Northanger Abbey de Jane Austen

Publicités