Room

Auteur Emma Donoghue
Traduction Virginie Buhl
Editeur Lgf
Date de parution 30/01/2013
Collection Ldp
EAN 978-2253167303
ISBN 2253167304

Quatrième de couverture:

Sur le point de fêter ses cinq ans, Jack a les préoccupations des petits garçons de son age. Ou presque.
Il ne pense qu’a jouer et a essayer de comprendre le monde qui l’entoure, comptant sur sa mère pour répondre a toutes ses questions. Cette mère occupe dans sa vie une place immense, d’autant plus qu’il habite seule avec elle dans une pièce unique, depuis sa naissance.
Il y a bien les visites du Grand Méchant Nick, mais Ma fait tout pour éviter a Jack le moindre contact avec ce personnage. Jusqu’au jour ou elle réalise que l’enfant grandit, et qu’elle ne va pouvoir continuer longtemps a entretenir l’illusion d’une vie ordinaire. Elle va alors tout risquer pour permettre a Jack de s’enfuir.
Mais l’enfant va-t-il réussir a trouver des repères loin de leur univers ? Quel accueil lui réservera le monde extérieur, lui l’enfant né de la captivité d’une femme ?

L’avis des sorcières:

Je ne connaissais pas ce livre avant qu’une actrice américaine que j’adore (Phoebe Tonkin) ne le poste sur son FB avec un commentaire qui disait en gros que c’était un superbe livre qui l’avait beaucoup fait pleurer. J’ai donc entreprit des recherches pour savoir de quoi il parler et le thème m’a intéressé du coup je l’ai proposé en LC à ma soeur adoré.

Jack est un petit garçon de 5 ans. Il vit seul avec sa maman dans la chambre (room) où ils sont en fait retenu prisonnier. Comme il vient de fêter son anniversaire sa maman décide qu’il est temps qu’il apprenne qu’ au dehors il y a la vraie vie. Il a du mal à la croire. Se rendant compte que ce n’est plus possible de vivre ainsi, la maman va alors tenter l’impossible pour sortir de là son fils. Mais la vie au dehors n’est pas simple et Jack n’y ai absolument pas préparé.

Le style d’écriture peut gêner. C’est le petit Jack qui raconte avec ses mots à lui, sa sensibilité, sa vision des choses. Il personnifie les objets du quotidien, son quotidien: Madame Table, Monsieur Tapis, Madame cuillère. Mais l’auteure a un style certes  bien à elle mais très bien écrit. Les pages s’enchaînent facilement avec cette envie de savoir la suite, une fois commencé on ne peut plus le lâcher. C’est un récit poignant à chaque partie ( il y en a 4). J’ai posé le livre plusieurs fois pour pleurer de tristesse, de joie, de mélancolie. J’ai frissonné, j’ai été horrifié, etc. bref il ne m’a pas laissé insensible.

La vision du monde faussé de ce petit garçon fait mal au coeur mais ses petites joies, ses petits trésors deviennent les nôtres.

L’auteure s’est inspiré de fait divers pour écrire son livre et dire que des cas comme ça ont existé et existe encore, c’est terrible.

Le livre a été adapté au cinéma et devrait sortir l’année prochaine en France. Nous irons le voir c’est sûr. En tout cas il fait parti de mes plus gros coup de coeur. Le genre de livre qui marque longtemps qui laisse une trace en nous.

« Il a tout faux: c’est l’inverse. Dans la chambre j’étais à l’abri, c’est le dehors qui fait peur. »

« C’est bizarre d’avoir un secret rien qu’à moi et pas à Moi-et-Maman. Tout le reste est à Nous-les-Deux. Mon corps, je crois qu’il est à moi comme les idées dans ma tête. Mais mes cellules sont faites avec ses cellules alors c’est un peu comme si j’étais à elle. Et aussi quand je lui dis mes pensées et qu’elle me dit les siennes, nos idées de chacun se mélangent dans nos deux têtes comme si on coloriait au crayon bleu par dessus le jaune pour faire du vert. »

Coup de Coeur

Publicités