Hellsing de Hirano Khôta

En Angleterre, l’organisation secrète Hellsing agit pour protéger le pays des forces du mal, dont les vampires. Force de frappe de l’Église protestante, ce groupe dispose d’une arme secrète des plus inattendues : Alucard, vampire surpuissant et apparemment invulnérable. Bientôt, un ennemi terriblement dangereux resurgit du passé : Le Letzt Batallion – l’Ultime Bataillon – relique du IIIe Reich projette de propager la guerre et la désolation à travers le monde en commençant par le Royaume Uni. Il compte ainsi détruire la Fondation Hellsing qui a autrefois contrecarré ce plan… pendant la Seconde Guerre mondiale !

Dessinateur : Hirano
Editeur : Tonkam Eds
Date de parution : août 2004
Collection : Frissons
Format : 12cm x 18cm
ISBN tome 1: 2845805640

ISBN tome 2 : 2845805659

ISBN tome 3 : 2845805667

ISBN tome 4 : 2845805675

ISBN tome5 : 2845805683

ISBN tome 6 : 2845805691

ISBN tome 7 : 2845807562

EAN Tome 8 : 9782845809246

ISBN tome 9 : 2759502007

ISBN tome 10 : 2759502708
Illustration : Illustrations noir et blanc
Nombre de pages : 192

 

L’avis des sorcières: 

J’ai découvert ce manga il y a des années déjà. J’ai tout de suite accroché.

J’avais beaucoup aimé les personnages, aussi charismatiques que fous parfois: Alucard (anagramme de Dracula) vampire surpuissant et démoniaque qui est dans le camps des gentils et qui recharge son armes avec ses crocs; Sir Hellsing qui, elle, a un flegme so british, Femme-flic (Seras Victoria) parce qu’il faut au moins une fille super bien roulée quand même! mais même si elle semble un boulet, elle cache son jeu; le Majordome Waltez qui fait flipper normal pour un nettoyeur d’ailleurs… Après il y a les méchants, alors on passe de simples goules aux vampires ou chasseurs de vampire bien dérangé.

D’un point de vue histoire, on peut trouver cela nanar. il est question de guerre Protestant / Vatican sur fond de l’envahissement de l’Angleterre par l’Ultime Bataillon (réplique du 3ème Reich). Bref assez complexe quand même. Les différents sujets se croisant et s’entrecroisant, ne donnant que peu de répit aux protagonistes et donc au lecteur. on est dans l’action, et le massacre.

D’un point de vue graphique, c’est une réussite. Bon Alucard change parfois de longueur de cheveux comme il change de case parfois. On accroche ou pas. Il est question de massacre, et guerre. On y est pas de soucis.

En fin de compte alors que je relis ma critique, je me dis que rien de ce que j’ai pu y mettre ne vous donneras envie. Je me demande ce qui a pu me plaire… Je ne peux l’expliquer donc. Mais j’avais adoré et pense  les relire!

*Anne*

Publicités