Fille d’Hécate – Tome 1: La voie de la sorcière de Cécile Guillot

La fille d'Hécate Tome 1

 

Auteur Cécile Guillot
Editeur Chat Noir Eds Du
Date de parution 01/07/2012
Collection Griffe Sombre
ISBN 109062705X
EAN 979-1090627055

Quatrième de couverture:

« Je croyais n’être qu’une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don… Maintenant je dois apprendre à m’accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s’il n’y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu’un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ? Et, pour ne rien arranger, j’ai aussi un mémoire à écrire pour valider ma dernière année de psycho. Ma vie n’est vraiment plus de tout repos ! » Maëlys nous ouvre les portes d’un univers étrange et déroutant, celui de la Wicca. La quête spirituelle qui est sienne va l’exposer à des menaces insoupçonnées. Surtout que le destin pourrait bien placer sur son chemin, les clés qui l’aideront à résoudre les mystères d’une existence parsemée d’ombres… Car, une sorcière peut-elle s’épanouir coupée de ses racines, ignorante d’un passé dont pourrait dépendre l’avenir ?

L’avis des sorcières:

Alors qu’elle sort du secrétariat après avoir récupéré ses polys de cours Maëlys rentre dans un jeune homme qui lui propose de se faire pardonner en participant à une expérience  de psycho. Psycho pas tout à fait . Elle découvre qu’il s’agit de para-psychologie et en même temps apprend qu’elle a des dons. Cette découverte va l’entraîner dans le monde de la wicca.  Monde des sorcières dont elle ne connait rien. Peu à peu elle se rend compte que quelqu’un lui veut du mal. De terribles cauchemars l’assaillent . Avec l’aide de sa nouvelle amie Dorine, une « sorcière », la jeune femme va  apprendre à se protéger. Mais de qui? et si c’était le beau Alex qui était derrière tout cela? Trop beau pour être honnête?

Cécile Guillot nous initie ici à la wicca, la déesse triple, à la méditation, aux pouvoirs des plantes et des pierres. Personnellement je n’ai rien appris sur la wicca, je connais déjà tout cela mais j’ai trouvé que c’est une bonne entrée en matière pour ceux qui sont novice quoi que peut être un peu trop légère. Enfin en même temps elle ne nous fait pas un ouvrage théorique sur la wicca donc c’est normal. Ce n’est pas approfondi mais l’auteure sait quand même de quoi elle parle.

Et puis cela nous amène sur l’histoire de Maëlys. D’où vient elle? Pourquoi quelqu’un lui veut du mal? J’ai bien aimé suivre cela mais la fin m’a laissée sur ma faim surtout que c’est un peu rapide. Et puis elle accepte les choses trop facilement . Maëlys est attachante avec ses fêlures et ses chamboulements. Elle m’a bien plus et j’ai envie de savoir où tout cela nous mènera. Elle a un passé douloureux, s’est créé une barrière en travaillant dur, en s’isolant pour ne plus souffrir.

J’ai apprécié de retrouver Dorine découverte dans le recueil de nouvelle Saison païenne ( Ce qui nous lie de Cécile Guillot )

Les personnages masculins sont assez effacés mais quoi de plus étonnant dans un livre traitant de la wicca où la figure féminine prédomine.

Les bases d’une histoire solide sont là mais j’aurais voulu plus de détails, que les choses soient plus approfondi.

L’écriture fluide m’a fait tourner les pages sans que je m’en rende compte. Le mélange de style, récits et échange de mail donne du dynamisme au texte.Très vite (trop?) j’étais à la fin. L’auteure m’a donnée envie de retourner dehors en randonné pour profiter de la nature, de méditer pour m’apaiser.

En résumé j’ai aimé cette histoire qui traite d’un thème que je connais bien mais j’en aurais voulu plus. Cependant ce premier tome m’a assez titillée pour que je lise les suivants et le personnage principal m’a vraiment touchée.

La préface de Vanessa Terral est très intéressante. Mais je ne suis pas objective j’adore tout ce qu’écrit Vanessa :p

De nos jours, une sorte de religion appelée  » wicca » vénérait la Déesse, mais elle n’était qu’une résurgence des temps anciens, durant lesquels la divinité était féminine, symbole de fertilité.

Lu dans le cadre du 3208a-haut  (Un livre écrit par une femme)

Publicités

3 commentaires

Laisser une formule magique

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s